stockage de fichier

Lecteur RSS, lecteur RSS en ligne, lecteur de fils RSS

» Annuaire RSS  
SYFACiL : lecteur RSS - créez une revue de presse en ligne. lecteur et lecture de fils  RSS en ligne. SYFACiL : V2.1 - lecteur RSS, lecteur de fils RSS - lecteur RSS en ligne
   

lecteur RSS en ligne   » Ajouter un lien RSS/Podcast    lecteur de fils RSS en ligne
 
  lecteur RSS en ligne   » Retour   lecteur de fils RSS en ligne
  Accueil annuaire   Loisirs  
    » Germain Pire



lecteur RSS en ligne   » Ajouter un lien RSS/Podcast    lecteur de fils RSS en ligne

 
  agenda des sorties parisiennes
 
 
  Source RSS agenda.germainpire.info Je n'aime pas, je ne recommande pas et vote contre  J'aime, je recommande et vote pour.  
  Dernière mise à jour :

Soirée d'ouverture de la 17ème édition du Festival Silhouette 2018

Tue, 21 Aug 2018 18:00:00 Le Parc de la Butte du Chapeau Rouge accueille l'édition 2018 du festival Silhouette, du 24 août au 1er septembre. Au programme : des projections en plein air de courts métrages, précédées d'un concert à l'heure de l'apéro. Chaque année depuis maintenant 17 ans, l'association Silhouette invite le public parisien à passer les derniers jours de l'été sur les pelouses du parc de la Butte du Chapeau Rouge (sans doute le plus joli nom de parc de toute la planète !) pour assister à des concerts de groupes locaux, puis à des projections de courts-métrages. Le public est d'ailleurs invité à décerner un prix au film qu'il préfère. Génial, non ? Rendez-vous donc dès 19h tous les soirs du 24 août au 1er septembre 2018 pour vivre un beau programme en perspective! Soirée de lancement le Mardi 21 Août 2018 - 20h - Entrée Gratuite Lieu : Le Hasard Ludique Pour donner le coup d'envoi de cette 17e édition du Festival Silhouette, rendez-vous au Hasard Ludique pour un ciné quiz proposé par LES FUNNY GAMES. Sélection internationale du 24 août au 1er septembre - 19h30 - Entrée Gratuite Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge LE VENT TOURNE de Laura Tuillier RÉMY de Guillaume Lillo TONNERRE SUR MER de Yotam Ben-David LE CAVALIER SEUL de Thomas Petit OS HUMORES ARTIFICIAIS de Gabriel Abrantes Soirée Focus Pernambuco le Vendredi 31 Août 2018 Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge Soirée de Clôture le Samedi 1er Septembre 2018 Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge Programme des concerts en plein air tous les soirs dès 19h30 Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge Vendredi 24 Août 2018 : MOSTER (Hip Hop) Distillant un son au croisement de Led Zeppelin, The Prodigy et NTM, ces quatre musiciens inventent des sonorités uniques, témoignant de leurs vastes influences et de la diversité de leurs parcours respectifs. Samedi 25 Août 2018 : BAFANG (afro-rock) Bafang est un duo composé de deux frères franco-camerounais proposant un afro/rock dynamique au penchant makossa. Leur énergie, leur son puissant et maîtrisé et leurs rythmes afro transcendent les foules. Dimanche 26 Août 2018 : NANS VINCENT (électro) Puisant ses influences dans l'électro, le hip-hop et la chanson française qui l'a accompagné dans son enfance, Nans a donné plus de 200 concerts à travers la France. Lundi 27 Août 2018 : EDGAR SEKLOKA (Hip Hop) Avec sa voix sucrée, ce poète des temps modernes déclame des textes ciselés où résonne son engagement contre le racisme. Mardi 28 Août 2018 : CHARLOTTE FEVER (Pop) Duo de synth-pop caniculaire français formé à la fin de l'été 2017, leurs compositions se révèlent à leur image : espiègles et brûlantes. Les balafons s'emballent et la fièvre monte. Mercredi 29 Août 2018 : SELKIES (Voix du monde) Entre maloya jazz et groove atmosphérique épicé, Selkies est un trio vocal qui construit son univers en s'émancipant de tout style préétabli et en réinventant un langage musical sans frontière. Jeudi 30 Août 2018 : COTTON BELLY'S (Blues Rock) Venus d'horizons divers, les musiciens de Cotton Belly's dépoussièrent le blues. Au fil de leurs compositions, ils offrent une musique directe et généreuse où vibrent tradition et modernité. Vendredi 31 Août 2018 : KARINE HUET ET EMILIA CHAMONE (Musique Brésilienne) Passionnée d'accordéon, Karine Huet compose ce duo aux côtés de la percussionniste Emilia Chamone. Leurs rythmes syncopés vous emmènent à la découverte de l'incroyable métissage musical brésilien. Samedi 1er Septembre 2018 : PERFECT IDIOTS (Rock) Perfect Idiots, est un power trio rock'n'roll extravagant, à la sauce grunge, punk et blues. Ils exposent leur univers déjanté emprunté à la science fiction. A noter que le festival se prolongera également en salles en journée le mercredi et les week-ends dans divers lieux du Nord-Est parisien (Le Hasard Ludique, La Péniche Cinéma et Holiday Inn Express Paris - Canal De La Villette) avec des séances Documentaire, Hybride, Clip, et Jeune Public... Retrouvez la programmation complète sur le site : http://www.association-silhouette.com\festival Le Hasard Ludique 128, avenue de Saint-Ouen 75018 Paris M° Porte de Saint-Ouen France Phone : +33 (0)9 81 98 67 55 Mail : coucou@lehasardludique.fr Internet Site : www.lehasardludique.paris Keywords : Festival Silhouette, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-08-21 20:00:00]

 
 
17ème édition du Festival Silhouette 2018

Fri, 24 Aug 2018 17:30:00 Le Parc de la Butte du Chapeau Rouge accueille l'édition 2018 du festival Silhouette, du 24 août au 1er septembre. Au programme : des projections en plein air de courts métrages, précédées d'un concert à l'heure de l'apéro. Chaque année depuis maintenant 17 ans, l'association Silhouette invite le public parisien à passer les derniers jours de l'été sur les pelouses du parc de la Butte du Chapeau Rouge (sans doute le plus joli nom de parc de toute la planète !) pour assister à des concerts de groupes locaux, puis à des projections de courts-métrages. Le public est d'ailleurs invité à décerner un prix au film qu'il préfère. Génial, non ? Rendez-vous donc dès 19h tous les soirs du 24 août au 1er septembre 2018 pour vivre un beau programme en perspective! Soirée de lancement le Mardi 21 Août 2018 - 20h - Entrée Gratuite Lieu : Le Hasard Ludique Pour donner le coup d'envoi de cette 17e édition du Festival Silhouette, rendez-vous au Hasard Ludique pour un ciné quiz proposé par LES FUNNY GAMES. Sélection internationale du 24 août au 1er septembre - 19h30 - Entrée Gratuite Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge LE VENT TOURNE de Laura Tuillier RÉMY de Guillaume Lillo TONNERRE SUR MER de Yotam Ben-David LE CAVALIER SEUL de Thomas Petit OS HUMORES ARTIFICIAIS de Gabriel Abrantes Soirée Focus Pernambuco le Vendredi 31 Août 2018 Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge Soirée de Clôture le Samedi 1er Septembre 2018 Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge Programme des concerts en plein air tous les soirs dès 19h30 Lieu : Parc de la Butte du Chapeau Rouge Vendredi 24 Août 2018 : MOSTER (Hip Hop) Distillant un son au croisement de Led Zeppelin, The Prodigy et NTM, ces quatre musiciens inventent des sonorités uniques, témoignant de leurs vastes influences et de la diversité de leurs parcours respectifs. Samedi 25 Août 2018 : BAFANG (afro-rock) Bafang est un duo composé de deux frères franco-camerounais proposant un afro/rock dynamique au penchant makossa. Leur énergie, leur son puissant et maîtrisé et leurs rythmes afro transcendent les foules. Dimanche 26 Août 2018 : NANS VINCENT (électro) Puisant ses influences dans l'électro, le hip-hop et la chanson française qui l'a accompagné dans son enfance, Nans a donné plus de 200 concerts à travers la France. Lundi 27 Août 2018 : EDGAR SEKLOKA (Hip Hop) Avec sa voix sucrée, ce poète des temps modernes déclame des textes ciselés où résonne son engagement contre le racisme. Mardi 28 Août 2018 : CHARLOTTE FEVER (Pop) Duo de synth-pop caniculaire français formé à la fin de l'été 2017, leurs compositions se révèlent à leur image : espiègles et brûlantes. Les balafons s'emballent et la fièvre monte. Mercredi 29 Août 2018 : SELKIES (Voix du monde) Entre maloya jazz et groove atmosphérique épicé, Selkies est un trio vocal qui construit son univers en s'émancipant de tout style préétabli et en réinventant un langage musical sans frontière. Jeudi 30 Août 2018 : COTTON BELLY'S (Blues Rock) Venus d'horizons divers, les musiciens de Cotton Belly's dépoussièrent le blues. Au fil de leurs compositions, ils offrent une musique directe et généreuse où vibrent tradition et modernité. Vendredi 31 Août 2018 : KARINE HUET ET EMILIA CHAMONE (Musique Brésilienne) Passionnée d'accordéon, Karine Huet compose ce duo aux côtés de la percussionniste Emilia Chamone. Leurs rythmes syncopés vous emmènent à la découverte de l'incroyable métissage musical brésilien. Samedi 1er Septembre 2018 : PERFECT IDIOTS (Rock) Perfect Idiots, est un power trio rock'n'roll extravagant, à la sauce grunge, punk et blues. Ils exposent leur univers déjanté emprunté à la science fiction. A noter que le festival se prolongera également en salles en journée le mercredi et les week-ends dans divers lieux du Nord-Est parisien (Le Hasard Ludique, La Péniche Cinéma et Holiday Inn Express Paris - Canal De La Villette) avec des séances Documentaire, Hybride, Clip, et Jeune Public... Retrouvez la programmation complète sur le site : http://www.association-silhouette.com\festival Parc de la Butte du Chapeau Rouge 5, avenue Debidour 75019 Paris M° Pré-Saint-Gervais, T3 Robert Debré France Internet Site : equipement.paris.fr/parc-de-la-butte-du-chapeau-rouge-1811 Keywords : Festival Silhouette, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-08-24 19:30:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "Murs Ouverts #28"
 
 
74ème anniversaire de la Libération de Paris

Sat, 25 Aug 2018 15:00:00 Pour ce 74e anniversaire de la Libération de Paris, le 25 août, un "concert-mémoire" propose de sensibiliser toutes les générations aux événements de ces années 1939 à 1945, à travers des musiques rendues célèbres par les histoires qu'elles ont illustrées et des textes évocateurs. Ce concert sera suivi d'une projection de "Paris brûle-t-il ?" Le "concert-mémoire" donnera corps aux faits de cette histoire commune. Il permettra, particulièrement en ce qui concerne les grandes réalisations qui racontent la France combattante, de transmettre les valeurs d'engagement, de civisme et de solidarité qui constituent le socle des valeurs infaillibles de notre République. Soixante-quatorze ans après la Libération de Paris, cet événement est un hommage au courage et à la bravoure dont nos aînés ont fait preuve, pour nous offrir une précieuse leçon d'héroïsme et d'engagement. Projection sur écran géant de "Paris brûle-t-il ?" Le concert sera suivi de la retransmission de "Paris brûle-t-il", réalisé en 1966 par René Clément. Alors que les troupes alliées ont débarqué en Normandie, les mouvements de résistance communistes et gaullistes ne comprennent pas la décision de ne pas libérer Paris. Dès lors, de nombreux résistants intensifient leurs actions contre l'occupant allemand et appellent à l'insurrection générale dans la ville. Tandis que la résistance, avec le renfort des Forces françaises libres, prennent le dessus militairement, le général Von Choltitz, gouverneur du Gross Paris, hésite à respecter l'ordre donné par Hitler. Un film à ne pas manquer. Rendez vous le samedi 25 août sur le parvis de l'Hôtel de Ville (métro : Hôtel de Ville ou Châtelet) 17h : Concert et lectures en musique des gardiens de la paix de la Préfecture de Police. Accès au public: avenue Victoria avant 17h 21h: Retransmission du film "Paris brûle-t-il ?" sur écran géant. Accès au public: avenue Victoria avant 21h Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris Place de l'Hôtel de Ville 75004 Paris M° Hôtel de Ville France Keywords : Libération de Paris, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-08-25 17:00:00]

 
 
23ème Fête de Ganesh

Sun, 26 Aug 2018 09:00:00 Lieu de rassemblement : le Temple de Sri Manicka Vinayakar Alayam - 17, rue Pajol - 75018 Paris. Les cérémonies religieuses débuteront au temple à 9h. Le cortège partira du Temple à 11h et circulera jusqu'à 15h. En tête de la procession, défileront des joueurs de flûte, de nageshvaram et de tambour, des danseurs et des danseuses portant sur leurs épaules le grand arceau de plumes de paon (kavadi) et les femmes porteront sur leurs têtes des pots de terre cuite dans lesquels brûleront du camphre. Tout au long du parcours, des noix de coco seront brisées : la coquille symbolise l'illusion du monde, la chair le Karma individuel, et l'eau l'ego humain, en brisant la noix de coco, on offre son coeur à GANESH. L'eau de centaines de noix de coco sera répandue sur la chaussée au passage du char de GANESH. Tiré par deux grandes cordes en fibre végétale de vingt mètres chacune, le char haut d'environ cinq mètres, abrite la statue de GANESH, le dieu à tête d'éléphant. Il sera entièrement recouvert d'étoffes rouges et blanches et décorées de nombreuses guirlandes, de fleurs fraîches, de régimes entiers de bananes, de noix de coco et de feuilles d'aréquiers. Le deuxième char celui de Muruga, le frère de Ganesh (Skanda) est tiré par des femmes. Le troisième char est celui de la déesse Durga. Les chars seront suivis par des chanteurs et des musiciens. Des autels individuels seront disposés tout au long du parcours, des noix de coco seront brisées devant les magasins des commerçants. La noix de coco symbolise la dureté illusoire du monde, la chair nos actions individuelles, et l'eau représente l'égoïsme humain. En brisant la noix de coco, chacun se libère et offre son c?ur à la bénédiction de Ganesh. Tout au long du parcours, des offrandes bénies, des friandises et des boissons fraîches seront distribuées. Un invité prestigieux venu tout droit d'Inde rejoint le défilé : un éléphant en résine de 70 kg de taille réelle ! Ces moulages impressionnants sont utilisés dans les décors de films à Bollywood Temple de Ganesha Sri Manicka Vinayakar Alayam 72, rue Philippe de Girard 75018 Paris M° Marx Dormoy, La Chapelle France Phone : +33 (0)1 40 34 21 89 Fax : +33 (0)1 40 34 33 34 Mail : srimanicka@yahoo.fr Internet Site : www.templeganesh.fr Keywords : Fête de Ganesh, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-08-26 11:00:00]

 
 
[Deauville] 44e Festival du Cinéma Américain de Deauville

Fri, 31 Aug 2018 du 31 août au 9 septembre www.festival-deauville.com Sandrine Kiberlain présidente du jury du 44e Festival du cinéma américain de Deauville La comédienne française Sandrine Kiberlain a été choisie pour présider le jury de la prochaine édition du Festival du cinéma américain de Deauville, qui se déroulera du 31 août au 9 septembre prochain. Appelez-là Madame la présidente ! L'excellente Sandrine Kiberlain sera à la tête du jury du 44e Festival du cinéma américain de Deauville, qui se déroulera du 31 août au 9 septembre prochain. La comédienne succède au réalisateur de "The Artist" Michel Hazanavicius dont le jury avait décerné le Grand Prix à "The Rider", de la jeune Chloé Zhao, le prix du jury et de la critique revenant à "A Ghost Story", de David Lowery. César du meilleur espoir féminin pour "En avoir (ou pas)" de Laetitia Masson en 1995 et de la meilleure actrice pour "9 mois ferme" de Albert Dupontel, en 2004, Sandrine Kiberlain est une figure incontournable du cinéma français. Au cours de sa carrière elle a travaillé avec les plus grands cinéastes hexagonaux, de Jacques Audiard à Stéphane Brizé en passant par Alain Resnais, Claude Miller, André Téchiné ou encore Pierre Salvadori. A l'affiche fin avril de "Amoureux de ma femme", de et avec Daniel Auteuil, on la reverra le 15 août prochain dans "Fleuve Noir", un thriller réalisé par Erick Zonca avec Vincent Cassel et Romain Duris à ses côtés. Après avoir été la vedette de "Elle l'adore", le premier film de Jeanne Herry, en 2014, elle l'a retrouvée pour "Les Champs de fleur", qui sortira le 18 novembre. Deauville Deauville 14800 Deauville M° Gare SNCF Trouville - Deauville France Internet Site : www.mairie-deauville.fr Keywords : Festival du Cinéma Américain de Deauville, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-08-31 02:00:00]

 
 
Vernissage de Myriam Mechita & Carmelo Zagari "Miroir de l'animal"

Sat, 01 Sep 2018 13:00:00 LE MIROIR DE L'ANIMAL / Myriam Mechita et Carmelo Zagari Commissaire: Christine Blanchet du 1er au 15 septembre 2018 Vernissage le samedi 1er septembre de 15h à 20h en présence des artistes L'exposition à la galerie Sator réunit pour la première fois, deux artistes, Myriam Mechita (1974) & Carmelo Zagari (1957), dont les ?uvres, chacune dans leur langage formel, sont peuplées de figures animales et humaines, pour évoquer la dualité existentielle (souffrance-espoir, vie-mort, mémoire-oubli). L'animal comme alter ego (le chien chez Myriam Mechita, le singe chez Carmelo Zagari) est une représentation forte de leur univers, des visions oniriques dans la peinture de Carmelo Zagari, à celles qui interrogent «l'étrangeté du fil de la vie» dans les céramiques de Myriam Mechita. Du 1er au 15 septembre, les deux artistes proposent un dialogue inédit avec des ?uvres réalisées spécifiquement pour l'exposition. Graveur, sculpteur, Carmelo Zagari est avant tout peintre et performeur. Il est un habitué des réalisations de très grand format allant jusqu'à plus de 40 mètres de long. Ces fresques sont de véritables panoramas de son univers empli de codes, de signes et d'onirisme. Il vit à Crespian (30) et est professeur à l'école des beaux-arts de Montpellier. Dessins, sculptures, installations, Myriam Mechita aime se confronter aux différents médiums. Ses ?uvres allient des réalités tangibles et mystiques qui présentent un univers où cohabitent les paradoxes: personne aux membres décapités, oiseau fragile, chien, femme, etc. Elle vit à Berlin, et est professeur à l'école des beaux-arts de Caen. Docteur en Histoire de l'art de l'Université de Provence, Christine Blanchet est enseignante en Histoire de l'art (Université d'Aix-en-Provence, Université d'Amiens, Paris IV- Sorbonne, écoles privées à Paris...) et commissaire d'exposition. Spécialiste du vitrail contemporain et d'architecture, nombreux de ses projets s'intéressent à la question de la guerre et sa représentation. Carmelo Zagari Myriam Mechita Galerie Sator 8, passage des Gravilliers (accès par le 10, rue Chapon) 75003 Paris M° Arts et Métiers, Rambuteau France Phone : +33 (0)1 42 78 04 84 Internet Site : www.galeriesator.com Keywords : Myriam Mechita, Carmelo Zagari, Christine Blanchet, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-01 15:00:00]

 
 
Vernissage de Jacqueline Dauriac

Sat, 01 Sep 2018 14:00:00 Exposition du 1er au 27 septembre 2018 Vernissage le samedi 1er septembre 2018, de 16h à 20h Jacqueline Dauriac : le plaisir sans remords Il peut être difficile d'appréhender le travail de Jacqueline Dauriac, tant sa subtilité n'a d'égal que le soin avec lequel l'artiste néantise la matière au profit de la seule lumière, de la couleur pure et diffuse, de la sensation enfin d'être quelque part au milieu d'un rêve. C'est que Jacqueline Dauriac semble faire preuve d'une application particulière à ne rien laisser de trop encombrant à l'art, ainsi qu'elle me le confiera lors de l'une de nos entrevues : « l'idéal serait qu'il n'y ait plus d'objet ». Une première approche consisterait à décrire les dispositifs mis en oeuvre : ici, des plaques de verre teintées qu'un rai de lumière traverse pour venir se répandre au mur en mille nuances bleutées ou rougeoyantes ; là, un caisson de forme simple (un rond, un trapèze) dont la lumière colorée vient éclabousser le corps d'une femme en noir, ou en rouge. Décrire ainsi les choses revient cependant à commencer par la fin, dévoiler le «truc» et s'empêcher d'y croire. Aussi convient-il de s'y prendre autrement, de tendre l'oreille au récit que l'artiste nous livre de ses rencontres et de ses fascinations. Reprendre l'histoire depuis le début pour retracer non pas l'itinéraire d'une femme, mais celui de son regard. Il y a d'abord ce regard d'enfant, avide de détails et porté sur la peinture, que son père lui fait découvrir au Prado de Madrid ou aux Offices de Florence. Le souvenir d'une nature morte découverte dans le coin d'une salle, un grain de raisin peint, fascinant de réalité, si transparent qu'on croit pouvoir en goûter la pulpe. Ailleurs, les portraits de Jean Clouet, avec leurs fraises extravagantes et leurs sombres manteaux de velours, ou encore ceux de Manet, posant avec tendresse une lumière de crépuscule sur la joue des dames et des hommes du monde. Et puis l'étonnement devant un tableau de Delacroix : un fiacre violet avec une ombre jaune. Impossible, impensable. Plus tard, il y aura pourtant ce regard ébloui des merveilles de Tanger et des couleurs du Maroc, où le soleil projette aux pieds des hommes des ombres bleu turquoise. Il lui fallut les voir pour y croire et embrasser la vocation de guérir la grisaille des ombres sourdes qui, ici, sont les nôtres. Depuis, Jacqueline Dauriac part en éclaireuse, redonnant des couleurs au chagrin et devançant notre quête du bonheur, recréant l'expérience de ces ombres colorées tel un démiurge bienveillant. Traversant les années, il y a enfin ce regard posé sur les femmes et le trouble ineffable de la beauté de leurs corps. C'est bien sûr le regard du peintre sur son modèle, presque obscène à scruter la beauté sous tous les angles, toutes les coutures : l'expérience privilégiée de la création dans l'atelier, lorsque la main se tend et que la courbe d'un sein se profile. Jacqueline Dauriac se souvient alors de sa rencontre avec le travesti Marie-France, ce «rêve de femme» porté par la surenchère d'une féminité terrassante, dont naîtra un projet de portraits photographiques (Marylin-Marie-France, 1975). Par la suite apparaîtront les premières installations-performances (Cercle jaune pour femme en rouge, 1985 ; Trapèze bleu pour femme en noir, 1986) dont l'objectif n'est pas tant de mettre la femme en situation d'oeuvre que de nous forcer à déplacer ce regard révérencieux que nous portons sur les objets vers les personnes de notre entourage. : «les gens savent regarder une peinture avec exigence et attention, j'aimerais qu'ils le fassent aussi dans le réel.» Et l'artiste de nous exhorter à «regarder une pomme comme on regarde un Cézanne.» Car enfin, le dispositif ne doit pas être ici le sujet de notre attention. Sa radicalité et sa simplicité (une forme simple, des couleurs pures) servent avant tout à créer un environnement propice à notre adhésion, dégager une perspective affective dont les lignes de fuites convergent toutes vers la femme invitée à notre convoitise, présence libre et charismatique. Il ne s'agit pas pour le spectateur-regardeur d'activer quoi que ce soit. Le sujet de l'oeuvre nous précède (qu'il s'agisse du lieu où s'inscrit l'oeuvre ou du performeur qui en achève l'intégrité) et Jacqueline Dauriac ne travaille qu'à lui offrir le plus bel écrin qui soit, figeant le temps de sa contemplation à la manière d'un peintre ou d'un sculpteur. Le regard qu'elle pose sur le monde et ses merveilles prend alors la forme d'une caresse, suivant le parti de s'écarter de la représentation pour se saisir du sujet à pleine main, à plein désir, et nous le présenter dans son plus simple appareil. La quête d'un plaisir sans remords(1), servie par une approche sensuelle qui trouve son point d'orgue dans les récents dessins sur calque que Jacqueline Dauriac réalise du bout des doigts, elle qui dans un rire me confiera au terme de nos échanges : « caresser la peinture, c'est quand même mieux que de faire de la peinture ! » Thibault Bissirier, juin 2018. (1) C'est ainsi que Socrate définit le bonheur : « Le bonheur c'est le plaisir sans remords ». Cercle jaune avec femme en rouge, création en 1985 / réactivation en 2018 avec Marina Cherkasova. Photographie © Olivier Buhagiar Galerie Isabelle Gounod 13, rue Chapon 75003 Paris M° Arts et Métiers, Rambuteau France Phone : +33 (0)1 48 04 04 80 Fax : +33 (0)1 48 04 04 80 Mail : info@galerie-gounod.fr Internet Site : www.galerie-gounod.com Keywords : Jacqueline Dauriac, Olivier Buhagiar, Thibault Bissirier, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-01 16:00:00]

 
 
Vernissage de Marine Wallon "Les variations graduelles"
 
 
Soirée Médias "Comment les médias changent le monde ?"
 
 
Vernissage de Gaëlle Choisne "TEMPLE OF LOVE"

Tue, 04 Sep 2018 16:00:00 Du 5 septembre au 15 décembre 2018 Vernissage le mardi 4 septembre de 18h à 21h Commissariat : Lucas Morin Bétonsalon - Centre d'art et de recherche présente TEMPLE OF LOVE, une exposition personnelle de Gaëlle Choisne (1985, France) consistant en une installation sculpturale in situ interrogeant le concept d'amour. À Bétonsalon, Gaëlle Choisne questionne la possibilité de l'amour comme attitude et forme de résistance, créateur de liens et source d'actions profondément politiques. Dans TEMPLE OF LOVE, l'artiste considère le concept d'amour comme enjeu social, à la fois objet de rapports de force et moteur d'actes de courage et de transgression. À travers ses sculptures, bannières et un banquet d'huîtres sensuelles qui sont autant d'offrandes, elle invoque l'érotisme subversif de la déesse babylonienne Ishtar et les cigarettes de la figure du vaudou haïtien Erzulie Dantor. L'artiste mobilise le vocabulaire de l'architecture, des influences organiques, les enseignements de la permaculture et une abondance de matières textiles pour façonner un habitat commun. Gaëlle Choisne se réapproprie les attributs du temple comme du lieu d'exposition : lieu de congrégation, lieu de parole, lieu de refuge où le regard et le discours se créent et se partagent. Sanctuaire, lieu de vie et de rencontre, l'espace de TEMPLE OF LOVE créé par Gaëlle Choisne accueillera de septembre à décembre 2018 une série d'invitations temporaires, performances, interventions in situ, ateliers et conférences. Appelées « LUVs », d'après le néologisme déformant le mot « love » pour en enlever la gravité, comme un enchaînement de flirts, ces excroissances viendront compléter et contredire le propos de l'exposition, offrant des influences multiples, confuses et métissées. Gaëlle Choisne Gaëlle Choisne (1985, France) est diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. En janvier 2017, elle intègre la Rijksakademie, après un an de résidence à la Cité internationale des arts de Paris. Son travail a récemment été présenté à l'occasion de biennales, d'expositions de groupe ou de workshops, tels qu'au Beirut Art Center pour la 13ème Biennale de Sharjah (2017), au MAC Lyon (2016), à la Biennale de Lyon (2015) ou encore au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (2018). TEMPLE OF LOVE est sa première exposition personnelle institutionnelle à Paris. L'artiste se saisit des enjeux contemporains de la catastrophe, de l'exploitation des ressources et des vestiges du colonialisme dans des installations dynamiques faisant muter leur environnement. Elle développe ces problématiques dans une série d'ateliers de création plastique avec des écoliers à Port-au-Prince (Haïti) et initie des projets tournés vers la manipulation de matériaux de récupération et l'élaboration de méthodes d'urbanisme engagées. Gaëlle Choisne est représentée par la galerie untilthen à Paris, où a eu lieu en 2018 sa dernière exposition personnelle Hybris. L'exposition TEMPLE OF LOVE reçoit le soutien de la galerie untilthen. © Gaëlle Choisne Bétonsalon Centre d'art et de recherche 47, quai Panhard et Levassor Esplanade des Grands Moulins - Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines 9, esplanade Pierre Vidal-Naquet - BP 90415 75626 Paris Cedex 13 M° Bibliothèque François Mitterrand France Phone : +33 (0)1 45 84 17 56 Fax : +33 (0)1 45 84 17 56 Mail : info@betonsalon.net Internet Site : www.betonsalon.net Keywords : Gaëlle Choisne, Lucas Morin, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-04 18:00:00]

 
 
Vernissage de Matt_tieu "Je dessine donc je craie"

Tue, 04 Sep 2018 16:00:00 Vernissage le mardi 4 septembre à partir de 18 heures Exposition du mardi 4 au dimanche 9 septembre 2018 Matt_tieu est un artiste basé à Paris. Il dessine des visages et des animaux et investit les rues parisiennes depuis 2015. Son principe est de s'approprier au gré de ses rencontres, les ardoises de café, les murs, les panneaux en bois, ou encore le béton du Métro. Sa démarche est le plus souvent spontanée et sans préparatif particulier, ce qui lui permet de s'adapter aux supports qu'il croise sur son chemin. Ses visages adoptent une posture neutre et apaisée, tournés vers les passants, les invitant à prendre du recul sur leur quotidien. Ses animaux, plus joueurs, tentent d'égayer le quotidien de ceux qu'ils croisent, tout en s'incorporant dans le mobilier urbain. Il utilise la craie pour réaliser ses ?uvres, ce qui donne un côté éphémère à ses créations. Le cabinet d'amateur 12, rue de la Forge Royale 75011 Paris M° Faidherbe - Chaligny, Ledru-Rollin, Charonne France Phone : +33 (0)1 43 48 14 06 Mail : contact@lecabinetdamateur.com Internet Site : www.lecabinetdamateur.com Keywords : Matt_tieu, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-04 18:00:00]

 
 
Vernissage d'Angelika Markul "Tierra Del Fuego"

Wed, 05 Sep 2018 16:00:00 Du 4 septembre au 2 décembre Commissariat : Claude d'Anthenaise Lauranne Germond Tierra Del Fuego est un projet artistique polymorphe, compose? d'un ensemble d'?uvres plastiques qui porte sur la disparition d'un paysage de glaciers. Il est inspire? de l'archipel du me?me nom qui se situe en Patagonie, aux confluences de l'Argentine et du Chili, a? l'extre?me sud du continent ame?ricain. Le paysage exceptionnel et caracte?ristique de cette re?gion du monde disparai?t progressivement sous l'effet du changement climatique, au me?me titre que la civilisation ame?rindienne qui ve?cut sur ces terres pendant 12 000 ans, avant d'y e?tre de?cime?e par les Europe?ens. En lien avec son film La Me?moire des glaciers qui montre l'acce?le?ration du processus de la fonte, Angelika Markul re?ve?le les souvenirs enfouis dans les glaces et convoque une se?rie de phe?nome?nes et d'influences qui, ensemble, composent une symphonie de fin du monde: des objets en bronze e?voquant les traditions perdues des yagans, ces pe?cheurs nomades de Terre de Feu, une sculpture de la de?pouille d'un mylodon, cet animal pre?historique ende?mique de?sor- mais disparu ou encore les reliefs cartographiques de cette terre aux chemins oublie?s. L'artiste a conc?u cette ?uvre en e?cho au poe?me La Iluvia lenta (« pluie lente ») de la poe?tesse chilienne Gabriela Mistral, qui appelle a? une ne?cessaire reconnexion avec la terre-me?re. Angelika Markul poursuit ici les obsessions qui sont au centre de son travail, tels que le passage du temps et la fuite des traces me?morielles et mate?rielles. Sa pratique artistique est ne?e d'une utopie, celle d'une arche?ologie totale, d'un archivage sans faille des traces de vies, qu'elles soient humaines, animales ou ve?ge?tales. Angelika Markul est repre?sente?e par la Galerie Solo (Madrid), la Galerie Laurence Bernard (Gene?ve) et LETO Gallery (Varsovie). Angelika Markul est laure?ate du Prix COAL 2016 pour son projet Tierra Del Fuego et laure?ate du Prix MAIF pour sa sculpture en bronze Mylodon de Terre. L'exposition, sous le commissariat de Lauranne Germond et Claude d'Anthenaise, est organise?e a? l'occasion des dix ans de l'association COAL. Elle donne lieu a? un cycle autour des imaginaires du changement climatique et de la fonte des glaces. © Angelika Markul, Tierra del fuego, Mylodon, bronze Musée de la Chasse et de la Nature Hôtel de Mongelas 62, rue des Archives 75003 Paris M° Rambuteau, Hôtel de Ville France Phone : +33 (0)1 53 01 92 40 Fax : +33 (0)1 42 77 45 70 Mail : musee@chassenature.org Internet Site : www.chassenature.org Keywords : Angelika Markul, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-05 18:00:00]

 
 
Vernissage de Kohei Nawa "PixCell-Deer"

Wed, 05 Sep 2018 16:00:00 Du 4 septembre au 2 décembre Commissariat : Claude d'Anthenaise Sumiko Oe?-Gottini A? l'occasion de la saison en France et dans la continuite? d'une collaboration initie?e il y a deux ans, le muse?e de la Chasse et de la Nature et la Villa Kujoyama a? Kyoto pre?sentent une exposition personnelle consacre?e a? Kohei Nawa. Figure e?minente de l'art contemporain japonais, l'artiste est a? l'honneur a? Paris cet automne avec la sculpture Tro?ne expose?e au muse?e du Louvre dans le cadre de la saison Japonismes 2018. Les ?uvres disse?mine?es dans les collections permanentes du muse?e de la Chasse et de la Nature reprennent les the?mes chers a? l'artiste qui tente de renouveler l'imagerie sacre?e. A? cette fin, il mixe des e?le?ments issus de la culture traditionnelle japonaise - et notamment les re?fe?rences aux cultes shintoi?stes - avec des images issues de la technologie contemporaine. Ainsi, PixCell-Deer transforme la perception que l'on a d'un cerf - animal sacre? dans le Japon ancien - en associant un spe?cimen naturalise? a? des sphe?res de verre qui le recouvrent inte?gralement en fragmentant sa silhouette. Au muse?e de la Chasse et de la Nature, l'?uvre vient dialoguer avec les images de cerf issues de la culture occidentale qui sont de?ja? pre?sentes dans la collection permanente. Pour sa re?sidence a? la Villa Kujoyama en 2015, Kohei Nawa s'est associe? avec le chore?graphe franco-belge Damien Jalet, lui-me?me tre?s influence? par la tradition japonaise et les rites Shugendo. De cette expe?rience commune nai?t l'?uvre Vessel ou? le corps humain est utilise? comme un mate?riau sculptural abstrait, l'encheve?trement des membres donnant naissance a? des formes insolites que vient re?fle?chir un miroir d'eau. La vide?o issue de ce ballet est pre?sente?e parmi les armes de chasse du muse?e, a? proximite? des sculptures qu'il a inspire?es a? Kohei Nawa. Enfin le muse?e accueille de nouvelles sculptures de verre et de taxidermie, accroche?s parmi les te?tes d'animaux naturalise?es de la Salle des Trophe?es. KOHEI NAWA Artiste / Directeur de SANDWICH Inc. / Professeur a? Kyoto University of Art and Design. Ne? en 1975. Actuellement installe? a? Kyoto, il est titulaire d'un doctorat obtenu en 1998 a? l'universite? des Arts de Kyoto. Il cre?e SANDWICH, une plate-forme cre?ative pour la production en 2009. Il explore la potentialite? de la sculpture, en travaillant avec des perles, de la mousse de polyure?thane, de l'huile de silicone et un large e?ventail d'autres technologies et mate?riaux avec son concept original PixCell. Les re?cents projets de Nawa e?tendent cette exploration a? l'architecture et a? la performance, pour cre?er a? la fois de l'espace et de l'art. L'artiste est repre?sente? par la galerie Scai the Bathhouse a? Tokyo. La Villa Kujoyama construite en 1992 par l'architecte Kunio Kato, est aujourd'hui l'un des plus anciens et plus prestigieux programmes de re?sidences artistiques de recherche en Asie. La Villa Kujoyama est un e?tablissement de l'Institut franc?ais du Japon et be?ne?ficie du soutien de la Fondation Bettencourt Schueller et de l'Institut franc?ais. PixCell-Deer © Kohei Nawa Musée de la Chasse et de la Nature Hôtel de Mongelas 62, rue des Archives 75003 Paris M° Rambuteau, Hôtel de Ville France Phone : +33 (0)1 53 01 92 40 Fax : +33 (0)1 42 77 45 70 Mail : musee@chassenature.org Internet Site : www.chassenature.org Keywords : Kohei Nawa, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-05 18:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "Country Life"

Wed, 05 Sep 2018 16:00:00 "Country Life" Chefs-d'?uvre de la collection Mellon Du Virginia Museum of Fine Arts Du 4 septembre au 2 décembre Commissariat : Claude d'Anthenaise Karen Chastagnol Fide?le a? la vocation de la Fondation Franc?ois Sommer, le muse?e de la Chasse et de la Nature explore les diffe?rents aspects de la relation que l'homme entretient avec l'animal et l'espace naturel. A? sa manie?re l'art rend compte de l'e?volution de notre e?cosyste?me en traduisant et en orientant la perception des ge?ne?rations successives d'observateurs et de cre?ateurs. L'exposition Country Life - Chefs-d'oeuvre de la collection Mellon du VMFA revient sur un moment de la civilisation occidentale, lie? a? la Re?volution industrielle et l'essor des classes bourgeoises, qui tend a? faire de la campagne un lieu voue? a? la ville?giature. Selon le mode?le de la country life, issu de la culture britannique, la terre, l'animal domestique - et en particulier le cheval - voient leur valeur productive associe?e a? une valeur re?cre?ative. La campagne devient un espace de loisir pour toute une classe sociale ge?ne?ralement issue des villes et entretenant la nostalgie d'une ruralite? ide?alise?e. En Angleterre, de?s la fin du xviiie sie?cle, les sports e?questres connaissent un remarquable de?veloppement (courses, chasses a? courre). Paradoxalement, cela coi?ncide avec le moment ou? l'industrie naissante tend a? imposer la victoire des chevaux-vapeur sur leurs compe?titeurs animaux. Un genre artis- tique, particulie?rement bien repre?sente? dans l'e?cole anglaise, la sporting painting refle?te cet engouement du groupe social dominant. Celui-ci va essaimer son mode?le culturel vers les autres nations occidentales au gre? du courant d'anglophilie qui caracte?rise le xixe sie?cle. De ce co?te?-ci de la Manche, les peintres franc?ais, impressionnistes notamment, te?moignent d'un autre aspect de la vie a? la campagne. Ils re?ve?lent comment, a? proximite? des villes, l'espace rural est investi par la petite bourgeoisie qui s'y adonne aux loisirs de plein air pro?ne?s par les the?ories hygie?nistes. Poursuivant la tradition familiale, le milliardaire et amateur d'art Paul Mellon (1907-1999) a collectionne? avec passion. De manie?re symptomatique, les ?uvres qu'il a rassemble?es traduisent son attachement a? un mode de vie en voie d'extinction. Certes, Mellon est lie? a? la tradition anglaise par sa me?re, mais son he?ritage paternel l'assimile au monde de l'industrie et de la finance ame?ricain. Dote? d'immenses moyens et voue? a? une vie sociale dans le milieu des affaires, il fait le choix d'une certaine ruralite?. Avec Bunny, son e?pouse, ils vont s'appliquer a? transposer au c?ur de la campagne de Virginie le mode de vie des gentlemen farmers. Dans leur domaine d'Oak Spring, Bunny donne libre cours a? son gou?t pour le jardinage, tandis que Paul e?le?ve des chevaux de course. Saturant les murs du cottage, leur collection de peintures illustre cette relation re?ve?e a? la nature, aux antipodes de l'agriculture industrielle qui, au me?me moment, transforme radicalement le paysage rural. Exceptionnellement, les chefs-d'?uvre qu'ils ont ainsi rassemble?s et qui ont e?te? le?gue?s au Virginia Museum of Fine Arts (VMFA), se retrouvent au muse?e de la Chasse et de la Nature. Ils peuvent e?tre appre?cie?s dans une perspective d'histoire de l'art. Mais ils te?moignent e?galement de l'e?veil dans la culture occidentale d'une nouvelle sensibilite? a? la nature conse?cutivement au de?veloppement industriel et a? l'urbanisation. George Stubbs (1724-1806) Portrait d'Hyena à Newmarket accompagné de son lad Jerison Shafta, vers 1765-1767 © Virginia Museum of Fine Arts (VMFA) Musée de la Chasse et de la Nature Hôtel de Mongelas 62, rue des Archives 75003 Paris M° Rambuteau, Hôtel de Ville France Phone : +33 (0)1 53 01 92 40 Fax : +33 (0)1 42 77 45 70 Mail : musee@chassenature.org Internet Site : www.chassenature.org Keywords : Virginia Museum of Fine Arts, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-05 18:00:00]

 
 
Vernissage d'Alec Borenstein "Paris - Tel Aviv"

Wed, 05 Sep 2018 16:30:00 Dans le cadre de la Saison France-Israël, l'exposition "Paris - Tel Aviv" d'Alec Borenstein se déroulera du 6 au 29 septembre à la Mairie du 4ème. Le vernissage aura lieu le mercredi 5 septembre à 18h30, toujours en Mairie. REGARDS CROISES PARIS - TEL AVIV Piéton de Paris, enfant de Tel Aviv, Alec, avec son regard incisif, ses yeux éternellement étonnés, ses traits de crayon précis comme découpés au scalpel, sa palette peinte de couleurs vives, presque premières, traque, d'une manière quasi- obsessionnelle, les coloris de la ville, le soleil de l'après-midi incendiant les façades des maisons de Tel Aviv, la grisaille bleutée du soir brunissant les toits et les rues de Paris, les tourments des ficus qui errent en cortèges déglingués au long de l'asphalte des rues et disputent leur existence à la brulure du soleil de midi. Alec Borenstein, peintre franco-israélien né en Russie, à Syktyvkar en 1942, d'une famille venue en Israël en 1947 fut un enfant prodige dont les premières ?uvres ont étés remarquées dès 1952. Il s'adonne à la peinture et multiplie les expositions dans des musées qui acquièrent certaines de ses toiles, des galeries qui le promeuvent. De nombreux collectionneurs privés, en Israël, en Europe, aux Etats-Unis, en Australie s'enorgueillissent de posséder une ou plusieurs de ses ?uvres. Cette exposition qui met en regard Paris, sa ville de résidence et Tel Aviv, la cité de son enfance ne donne qu'une vue partielle de la richesse de son ?uvre qui va de l'abstraction lyrique au figuratif revisité.. Il y a quelque chose d'un détective chez Alec. Il traque des coins isolés, des places vides, des espaces pleins d'incertitudes, de possibles, des ombres et des lumières avides, laisse à l'imagination du regardeur l'invention de mises en scène muettes... Peut-on dire qu'il nous transforme en voyeurs impatients, sevrés d'images qu'il nous appartient de rêver ? Pour lui, la lumière, est comptable de sa moindre variation. Il brosse le tout en découpes précises et en couleurs franches, élimine le plus souvent la mouvance de la présence humaine, la réduit à des silhouettes, l'interpelle en gros plans. Elles n'apparaissent, jamais gratuites, mais comme une évidence ou une interrogation. Le mystère de ces draperies à carreaux, minutieusement rendues, ces rideaux qui voilent ou dévoilent tout ou parti d'un cadre, d'une scène, donnant l'illusion d'un souffle, d'un vertige, d'une bise, d'un remuement d'immeubles à l'assise pourtant solide, d'un mouvement obscur d'objets dont la nature première est pourtant statique, d'une attente un rien théâtrale s'ouvrant sur une scène vide. Il nous entraîne dans la torture de ces arbres dantesques griffant les rues de Tel Aviv, grands, passants grandiloquents qui livrent au regard leurs viscères de leur ventre et leur trop plein de sève. Et puis, il y a Paris, déesse pulpeuse, ses rues haussmanniennes, ses toitures grises, pots de cheminées ocres rouge, perspectives inabouties, places mal habitées, squares isolés, vieille histoire devinée de lieux hantés de personnages violents et pathétiques. Pas de Paris touristique, pas de Paris historique, pas de François Villon, pas de Victor Hugo, pas de Lamartine. L'alignement d'une rue découverte un matin, un Paris du quotidien, un Paris vide de son trop plein, en attente de gens isolés, peut-être un rien angoissés, un Paris saturé d'une humanité prégnante qui dévore la ville, se repend dans les sous-sols du métropolitain, un Paris qui interroge Alec et Walentyna son épouse, devant un abris d'autobus. Le square Bolivar s'emmêle dans les draperies, une auto rouge abrite des secrets désuets devant le parc de Bagnolet, Paris mystère, Paris insondable, Paris d'Alec... PIERRE WEIBEL Juillet 2018 Mairie du 4ème arrondissement 2, place Baudoyer 75004 Paris M° Hôtel de Ville, Saint-Paul France Phone : +33 (0)1 44 54 75 80 Internet Site : mairie4.paris.fr Keywords : Alec Borenstein, Tel Aviv, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-05 18:30:00]

 
 
Vernissage de Giorgio Silvestrini "AUTOREVERSE"
 
 
Vernissage d'Hervé Guibert "Les palais des monstres désirables"

Thu, 06 Sep 2018 16:00:00 Du 7 septembre au 20 octobre 2018 Du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous Vernissage le 6 septembre de 18h à 21h Après avoir présenté en 2014 quelques photographies d'Hervé Guibert dans l'exposition collective Autoportraits, nous avons le plaisir de lui consacrer une exposition personnelle réunissant près de 60 tirages d'époque, sous le commissariat de Christine Guibert et Agathe Gaillard. Pour la plupart inédites, ces photographies ont été réalisées en 1978 autour des musées - La Specola à Florence, le Musée de l'Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort, le musée Grévin et le Musée de l'Homme à Paris. LES PALAIS DES MONSTRES DÉSIRABLES Hervé Guibert a pris ces photographies à la fin des années 1970 dans plusieurs musées de France et d'Italie. Une partie de ces photos a été publiée du vivant d'Hervé Guibert, en 1990, dans le livre intitulé Vice, édité par Jacques Bertoin, accompagnant une série de courts textes de jeunesse. Ce livre a été réédité à l'identique chez Gallimard, en 2013, dans la collection L'Arbalète. Tous les tirages exposés sont d'époque, généralement uniques et rarement exposés (quelques tirages ont été montrés à la MEP en 2011). Agathe Gaillard et Christine Guibert « Vice compose une double collection (...), d'un côté des « articles personnels » (...) de l'autre des lieux d'« un parcours » (du cimetière d'enfants au palais des monstres désirables). Le vice est dans la méticulosité, l'ironie suspendue qui accompagne des actes excessifs dont les corps sont le plus souvent l'objet, travaillés par des désirs souvent infimes, inattendus, dont la cruauté tient aussi au fait qu'ils ne semblent portés par aucun personnage, et sont comme en attente de fictions possibles. » Raymond Bellour, Le Magazine Littéraire, octobre 1991 RÈGLEMENT La ville, l'État devront désormais ménager un certain nombre de lieux vacants, dans le seul but de petites actions vicieuses, libertines, proprement luxueuses dans les pertes de temps qu'elles occasionneront aux citoyens. Des accessoires, des décors seraient plantés au détour de certaines rues, dans les terrains vagues, des maisons en démolition, des théâtres faussement abandonnées, secrètement entretenus. De fausses nuits succéderaient à de fausses canicules, des exotismes temporels, et de latitudes diverses, créant dans la ville tout un parcours ludique, excessivement mobile. D'autres lieux montés de toutes pièces disparaîtraient sitôt le vide consommé : ce seraient comme des pièges tendus, mais des pièges à plaisir ; certains amateurs en bricoleraient illicitement selon leurs propres fantasmes, et se cacheraient en attendant que quelqu'un vienne y honorer leur imagination. Le vice deviendrait un service public gratuit. L'État organiserait des concours qui récompenseraient les créateurs d'architecture et de machines vicieuses inédites. Hervé Guibert, extrait de Vice, L'arbalète Gallimard, 1991 Hervé Guibert, Musée Grévin, Paris, 1978 © Christine Guibert / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris Les Douches La Galerie 5, rue Legouvé 75010 Paris M° Jacques Bonsergent France Phone : +33 (0)1 46 07 10 84 Fax : +33 (0)1 42 38 93 01 Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com Internet Site : www.lesdoucheslagalerie.com Keywords : Hervé Guibert, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-06 18:00:00]

 
 
Vernissage de Florian & Michael Quistrebert
 
 
Vernissage de Gyan Panchal
 
 
Vernissage de l'exposition collective "TRIBU 323"
 
 
Vernissage de Rayk Goetze
 
 
Finissage de l'exposition "bras-le-corps"
 
 
Vernissage d'Ethan Greenbaum
 
 
Vernissage de l'exposition collective "Copies"

Fri, 07 Sep 2018 14:00:00 Copies, Tout commence quand une galerie invite l'éditeur et commissaire d'exposition Theophile Calot. Sa proposition en réponse : construire et déconstruire son propre travail d'éditeur, selon plusieurs « actes » répartis dans le temps. Un va-et-vient constant entre deux espaces d'exposition : l'espace du livre et l'espace de la galerie Éric Mouchet. Réunis au c?ur de cette exposition, cinq artistes - Christian Aschman, Félicia Atkinson, Valérian Goalec, Ronan Le Creurer et Caroline Reveillaud - qui pour la plupart entretiennent un rapport étroit à l'édition. Un rapport très similaire existe entre le travail mené par l'éditeur (au sens anglo-saxon du terme "editor") et celui du commissaire d'exposition puisque tous deux pensent, organisent et mettent en espace un contenu constitué des ?uvres de différents auteurs et artistes. Theophile Calot, sous l'égide de sa maison d'édition THEOPHILE'S PAPERS, pense son rôle d'éditeur comme celui d'un commissaire : son travail questionne notre rapport au livre ainsi que la présentation du livre à un public. Ainsi, s'il dessine des meubles spécifiquement adaptés aux publications qu'il édite en vue de les montrer lors d'expositions, l'éditeur crée également des protocoles curatoriaux forts qui se jouent de chacun des espaces qui lui sont confiés. Et si chacune des propositions contient sa propre histoire, il est certain que le livre lui sert d'espace de recherche au même titre que de point de départ commun à chacun des artistes que l'éditeur convoque dans ses projets... Extrait sur texte d'Alex Chevalier, Copies, mai 2018 Une exposition du 8 au 29 septembre 2018 Galerie Eric Mouchet 45, rue Jacob 75006 Paris M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon, Rue du Bac France Phone : +33 (0)1 42 96 26 11 Mobile : +33 (0)6 22 99 53 89 Mail : info@ericmouchet.com Internet Site : www.ericmouchet.com Keywords : Christian Aschman, Félicia Atkinson, Valérian Goalec, Ronan Le Creurer, Caroline Reveillaud, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-07 16:00:00]

 
 
Vernissage de Vik Muniz "Handmade"

Sat, 08 Sep 2018 13:00:00 Du 8 septembre au 20 octobre La galerie Xippas a le plaisir de présenter "Handmade", la nouvelle exposition personnelle de Vik Muniz. Jouant sur la dichotomie entre l'objet et sa représentation, dans cette nouvelle série Vik Muniz explore la nature de la perception, réinventant les possibilités de construction de l'image photographique. Les ?uvres « faites-main » comme le titre de l'exposition l'indique, sont issues d'un procédé hybride qui réunit des manipulations manuelles voire artisanales - notamment, peinture ou collage - et la photographie numérique de haute résolution. En résultent des compositions complexes, chacune une ?uvre unique, combinant des techniques différentes : le papier et le carton sont peints, découpés et superposés sur une surface, photographiée par la suite afin d'être manipulée, ré-agencée et photographiée à nouveau et ainsi de suite. En créant une multitude de plans qui laissent apparaître des éléments sous-jacents et leurs photographies, Vik Muniz invente de véritables trompes-l'?il où l'objet et sa représentation photographique sont entrelacés dans un jeu visuel. Invitant le spectateur dans une quête de distinction entre l'objet et son image, l'artiste poursuit sa recherche sur les mécanismes de la perception, menée à travers toute son ?uvre. Contrairement à ses séries antérieures, où les images de l'histoire de l'art ou de la mémoire collective étaient interprétées avec des matériaux insolites mais issus du quotidien, Handmade atteste du recours aux matières propres à l'art tels que le papier, le carton ou le métal. Ainsi, cette série renvoie-t-elle au principes fondamentaux de l'art abstrait : la couleur, la forme et le rythme servent ici d'éléments principaux de composition. A l'instar des toiles de Malevitch, les formes géométriques simples et les couleurs primaires créent une tension et une dynamique, ou encore les dédoublements des lignes et des éléments en aplats de couleur font ressortir le rythme vibrant qui pourrait faire écho aux compositions de Paul Klee ou à des partitions de la musique minimaliste avec ses infinies répétitions. S'apparentant à l'abstraction géométrique ou à des tableaux cubistes, les ?uvres de cette série jouent sur le volume et le décalage et transcendent non seulement symboliquement, mais littéralement les deux dimensions de l'image photographique pour renouer avec sa matérialité. L'artiste expérimente ainsi les supports de la photographie et emploie la technique d'impression sur aluminium afin de créer des compositions en trois dimensions où les couches de peinture superposées, les formes découpées dans le métal et les ombres portées se dupliquent et s'entremêlent, se confondant avec leurs images. Tels les bas-reliefs, ces ?uvres en volume en contiennent une simulation, balançant entre le « vrai » et l'illusion, entre le réel et son double. La trace matérielle du geste artistique ainsi présent dans chaque ?uvre, évoque le processus de création sans pour autant le dévoiler. Au contraire, celui-ci devient de plus en plus mystérieux au fur et au mesure que le regard se perd, incité à voyager à travers les multiples plans de l'image. La construction de l'image invite ainsi le spectateur à sa déconstruction par le regard où la lisière de plus en plus poreuse entre l'objet et sa copie permet de révéler le mécanisme de notre manière de voir et d'appréhender l'image. A l'ère numérique où l'image se substitue de plus en plus à l'objet et sa manipulation devient partie intégrante du quotidien, la reproductibilité devient un des principes légitimes de la création. Comme dit l'artiste, « la différence entre l'?uvre et son image n'existe presque plus » et dans sa nouvelle série il livre une réflexion sur la notion fugitive de la réalité matérielle et ses interprétations possibles. L'objectif de l'illusion créée par Vik Muniz n'est donc pas de simplement déstabiliser notre perception, mais de nous « révéler l'architecture de notre concept de vérité »1. 1 « to reveal the architecture of our concept of truth » in Vik Muniz, Natura Pictrix. Interviews and Essays on Photography, Edgewise, New York - Paris - Turin, 2003, p. 47 Vik Muniz est né en 1961 à São Paulo. Il vit et travaille entre Rio de Janeiro, Brésil et New York, Etats-Unis. De nombreuses expositions personnelles internationales lui ont été consacrées, notamment par Chrysler Museum of Art, Norfolk, Virginia, Etats-Unis (jusqu'au 14 octobre 2018), Belvedere Museum, Vienne, Autriche (2018), Palazzo Cini, Venise, Italie, (2017); MARCO Museo de Arte Contemporáneo de Monterrey, Méxique (2017), High Museum, Atlanta, Etats-Unis (2016); Maurithuis, La Haye, Hollande, (2016), MUNTREF Contemporay Art Center, Buenos Aires, Argentine (2015); Tel Aviv Museum of Art, Israël, (2014), Les Rencontres d'Arles, France (2014); CAC Centro de Arte Contemporáneo de Málaga, Espagne (2012), MoMA PS1, New York, Etats-Unis (2007), Baltic Centre for Contemporary Art, Gateshead, Grande-Bretagne (2007), Miami Art Museum, Etats-Unis (2006), Pinacoteca do Estado de São Paulo, Brésil (2004), Fundación Telefónica, Madrid, Espagne (2004), Menil Collection, Houston, Etas-Unis (2002), Whitney Museum of American Art, New York, Etats-Unis (2001), Metropolitan Museum of Art, New York (1998) et International Center for Photography, New York (1998). Son travail fait partie de prestigieuses collections privées et publiques, dont Museum of Modern Art, New York; Guggenheim Museum, New York; Metropolitan Museum of Art, New York; Los Angeles Museum of Contemporary Art, Los Angeles; Tate Gallery, Londres; Museum of Contemporary Art, Tokyo; Centre Georges Pompidou, Paris; Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid, entre autres. En 2001, Vik Muniz a représenté le Brésil à la 49ème Biennale de Venise. Le travail de Vik Muniz est le sujet du film Waste Land (2010) qui a reçu une récompense au Festival de Sundance 2010 et a été nommé aux Oscars pour le meilleur documentaire en 2011. En 2011, Vik Muniz a été nommé Ambassadeur de Bonne Volonté de UNESCO. En 2015, il a fondé Morro do Vidigal, une école d'arts visuels pour les enfants du favela Vidigal à Rio de Janeiro. Vik Muniz, Untitled, Handmade, 2018. Mixed media, 101,6 x 152,4 cm. Courtesy of the artist and Galerie Xippas Galerie Xippas 108, rue Vieille du Temple 75003 Paris M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul France Phone : +33 (0)1 40 27 05 55 Fax : +33 (0)1 40 27 07 16 Mail : paris@xippas.com Internet Site : www.xippas.com Keywords : Vik Muniz, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-08 15:00:00]

 
 
Finissage de Mrdjan Bajic "TRANSVERSALES"
 
 
Vernissage de Karina Bisch "Les Figures et Les Formes"
 
 
Vernissage de l'exposition collective "AFFINITé(S)"
 
 
Vernissage du Salon des artistes du 3ème arrondissement

Sat, 08 Sep 2018 14:00:00 Retrouvez nous pour une nouvelle édition du Salon des artistes du 3e arrondissement le samedi 8 septembre et dimanche 9 septembre 2018. Cette année encore, nous mettons à l'honneur les artistes du quartier qui viennent exposer leurs ?uvres. Peinture, photographie, dessin, sculpture... Une sélection éclectique qui exprime leur créativité, originalité et talent. C'est avec grand plaisir que nous vous invitons à venir découvrir les créations, rencontrer leur auteur et échanger avec eux. Parce que les ?uvres d'art contribuent à former notre jugement, notre esprit critique, participent à notre ouverture d'esprit et que notre arrondissement compte de nombreux artistes qui savent susciter l'émotion, la rêverie ou le questionnement. Tout au long du week-end nous vous donnons rendez-vous au Salon des artistes pour partager un moment artistique et convivial. Nous vous souhaitons une belle visite ! Samedi 8 et dimanche 9 septembre de 11h à 18h Vernissage samedi 8 septembre à 16h Mairie du 3ème arrondissement 2, rue Eugène Spuller 75003 Paris M° Arts et Métiers, Temple France Phone : +33 (0)1 53 01 75 03 Internet Site : mairie3.paris.fr Keywords : party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-08 16:00:00]

 
 
Vernissage d'Eric Martin "Rock'n'Roll Princesses"
 
 
Vernissage de Fabien Mérelle "Traversé(e)"

Sat, 08 Sep 2018 15:00:00 8 septembre - 6 octobre 2018 MISE EN SCÈNE D'UNE VIE QUOTIDIENNE Mise en scène d'une vie quotidienne, telle pourrait-être la proposition de Fabien Mérelle pour cette nouvelle exposition à la galerie Praz-Delavallade. Mise en scène qui s'organiserait dans les limites physiques d'un lieu de loisir, de travail, de création ou d'intimité personnelle. Mais comment s'incarne-t-elle et se présente-t-elle aux autres ? Le sociologue américain Erving Goffman dans les années 1950 pris pour thème lors de son étude consacrée à «The Presentation of Self in Everyday Life» (mise en scène d'une vie quotidienne) la représentation théâtrale, référence métaphorique avec la vie réelle. Confrontation des soi, jeu de frontière entre deux individualités qui doivent nécessairement s'envahir réciproquement tout en conservant leur autonomie et leur représentation réciproque d'elles-mêmes. C'est de cette tension entre le moi et l'autre dont il est question pour Fabien Mérelle en se présentant invariablement vêtu de son pyjama rayé, vêtement de pantomime pour mieux envahir subrepticement l'espace public d'une manière policée, douce, amère, ironique et finalement accéder à une certaine théâtralité dans laquelle interviennent ses proches, sa famille, scènes chimériques, oniriques qu'il traduit au fil de ses dessins d'encre et d'aquarelle. Ces derniers décrivent avec une science minutieuse un monde ou s'entrechoquent présent et passé, vivants et oubliés, humains et végétaux, personnages fantasques et animaux extraordinaires. L'enfance rêvée mais enfouie resurgit au détour de ses dessins d'enfants qu'il avait précieusement conservés et qui tissent de belle manière un nouveau dialogue avec le petit garçon qu'il fût trente ans plus tôt. De ses archives il extrait des volumes qui trouvent aussitôt des territoires vierges à conquérir, l'aventure est au bout de son crayon et d'un imaginaire fertile, pour preuve ce radeau en tout point conforme à un dessin où on le voit naviguer comme un Jonas affublé d'oreilles et de queue d'âne à peine sortie du ventre de la baleine. En extirpant son personnage de la feuille blanche, Fabien s'inscrit dans le réel pour poursuivre une recherche dont le dessin et la source vivent. Ce n'est probablement pas un hasard si son personnage, au sens premier incarne l'idée de masque. Évoquons plutôt la reconnaissance du fait que si tout le monde, toujours et partout, joue un rôle, plus ou moins consciemment, chacun aura tendance à s'en convaincre lui-même, de façon à ce que l'on croit en ces personnages, et c'est bien là que réside toute la délicatesse de l'artiste. Galerie Praz-Delavallade 5, rue des Haudriettes 75003 Paris M° Rambuteau France Phone : +33 (0)1 45 86 20 00 Fax : +33 (0)1 45 86 20 10 Mail : gallery@praz-delavallade.com Internet Site : www.praz-delavallade.com Keywords : Fabien Mérelle, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-08 17:00:00]

 
 
Signature de Fabien Verschaere pour "L'abécédaire de Fabien Verschaere"
 
 
Vernissage d'Olivier Nottellet "Énigmes"
 
 
Vernissage de Charlie Hamish Jeffery "Painting for light fittings"
 
 
Vernissage de Glenn Ligon "Debris Field"
 
 
Vernissage de Jean Bedez "Le ciel nous observe"

Sat, 08 Sep 2018 16:00:00 08 septembre - 06 octobre 2018 Vernissage samedi 8 septembre 2018 de 18h à 21h La Galerie Suzanne Tarasieve est heureuse de présenter la seconde exposition personnelle de l?artiste Jean Bedez. Jean Bedez prolonge à travers une nouvelle série d??uvres, dessins et sculptures, son exploration de la dramaturgie du pouvoir incarné ici par une réflexion cosmologique où les astres côtoient lieux et monuments emblématiques de la Florence de la Renaissance, et les décorums de théâtres contemporains du politique. Les dessins télescopent des époques hétérogènes pour mettre en récit le devenir de nos sociétés, les effets du Temps et des guerres visibles dans des décombres ou des ciels noircis par les fumées des incendies. « Lever les yeux vers le travail de Jean Bedez conduit à accueillir l?ensauvagement d?oxymores esthétiques qu?appelle un geste créateur érudit au même instant qu?il impose, hors sol, un « Temps de l?innocence », poudré à la graphite. Dans le vacarme de luttes légendaires traversant les impensés collectifs, s?affrontent la violence monumentalisée d?une Renaissance florentine et l?insertion de motifs issus de la culture populaire ; l?Italianité lumineuse d?une Piazza della Signoria symbolique et la noirceur de Ténèbres sur la voie sanguinaire desquels s?avance l?indompté Savonarole ; la diachronie du temps, inabouti autant qu?inachevé - et la datation « Nouveau roman » suggérée par un Planétarium imaginaire à la Nathalie Sarraute ; les diagonales flottées et le flouté de perspectives ou lignes de crêtes toujours biaisées par la tromperie d?un sfumato ; la légèreté aérienne surgie du mystère inventif de l?alchimiste et la croûte terrestre, battue aux sabots d?un taureau dont la masse - ici sculptée dans la chair du marbre - impose un combat silencieux ; la mise en place d?un décor aux ornements théâtralisés et les fracas provoqués par les effondrements instaurant le désordre dans le cadre, mais aussi le chaos de friches industrielles qui fracturent les draperies d?un palace comme abandonné à Marienbad ; le mouvement cinétique d?un duel Scorsesien et l?immobilisme d?objets sanctuarisés sous la bulle de vitrines invisibles. Lubitsch ment : « Le Ciel peut attendre », mais il nous observe. Agnès CALLU » (PhD/HDR) Chercheur à l?Institut Acte (Arts, Créations, Théories, Esthétiques) Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CNRS Jean Bedez (1976) est diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il a récemment exposé son travail au FRAC Corse à Corte en 2018, à l'abbaye St André, centre d'art contemporain de Meymac en 2017, au Palais de Tokyo à Paris et au musée des Arts Décoratifs de Paris en 2016. AUDIANT OPULENTI, 2017 Dessin a? la mine de graphite Faber-Castell, papier Canson 224 g/m2 254 x 127 cm Galerie Suzanne Tarasiève 7, rue Pastourelle 75003 Paris M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers France Phone : +33 (0)1 42 71 76 54 Mobile : +33 (0)6 11 01 16 79 Mail : info@suzanne-tarasieve.com Internet Site : www.suzanne-tarasieve.com Keywords : Jean Bedez, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-08 18:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "Raymond Hains : SAFFA | SEITA"
 
 
Vernissage de l'exposition collective "ALTERED REALITY"

Sat, 08 Sep 2018 16:00:00 Exposition du 8 septembre au 13 octobre 2018 Vernissage samedi 8 septembre 2018 de 18h à 21h Rencontre avec un artiste chaque samedi de l'exposition Lorsqu'Ingres rajoutait quelques vertèbres à ses odalisques, rendant ainsi leur corps plus longiligne, il modifiait la réalité pour la sublimer dans un but esthétique. Les Préraphaélites et les Symbolistes s'inspiraient de la mythologie et de la littérature pour représenter un univers au-delà des frontières de la réalité quand les Surréalistes jouaient quant à eux avec le psychisme (automatisme, rêve, inconscient). Nous nous intéressons avec cette exposition au processus de création en tant que projection d'un inconscient sublimé ou d'une réalité fantasmée, ainsi qu'à des artistes explorant le champ des possibles dans la figuration contemporaine. Maîtres d'une technique exceptionnelle de dessin et de peinture, à tendance surréaliste, leur inspiration prend sa source à la fois dans la peinture classique et l'illustration. Ils dépeignent chacun un monde imaginaire où l'humain occupe une place centrale. Il est question du rapport de l'homme à la nature sous les travers d'une réalité onirique, jouant entre le surréel et le réel. Il est aussi question du rapport de l'homme à la ville ou encore aux technologies de communication et d'information. L'exposition rassemble des ?uvres récentes et inédites de huit artistes : quatre artistes représentés par la galerie, Doze Green, Miss Van, Robert Proch, Eric Lacan, ainsi que l'Américain Andrew Hem, le Polonais Bezt, l'Anglais Will Barras, et l'Espagnol Dulk qui feront leur première apparition en France. Galerie OpenSpace 116, boulevard Richard Lenoir 75011 Paris M° Oberkampf, Parmentier France Phone : +33 (0)9 80 66 63 94 Mail : contact@openspace-paris.fr Internet Site : www.openspace-paris.fr Keywords : Doze Green, Miss Van, Robert Proch, Eric Lacan, Andrew Hem, Bezt, Will Barras, Dulk, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-08 18:00:00]

 
 
Vernissage de Lawrence Weiner + Selection #9 by Fabien Vallos
 
 
Vernissage de Misleidys Castillo Perdoso et Rigo "fuerza cubana #2"

Sat, 08 Sep 2018 16:00:00 Du 8 septembre au 6 octobre Cette seconde exposition monographique des silhouettes de bodybuildeurs de la cubaine Misleidys Castillo Pedroso propose une immersion dans son travail systémique grâce à une documentation vidéo et photographique sur sa vie et son ?uvre. Le parcours de cette exposition se poursuit par un focus sur un nouvel artiste cubain : Rigo Casola Marcos dit Rigo. Après deux premières expositions monographiques à Paris et à New York, la galerie christian berst art brut met une nouvelle fois à l'honneur l'artiste cubaine Misleidys Francisca Castillo Perdoso en présentant plus de 20 oeuvres inédites dans une scénographie immersive (son et image) qui nous plonge dans son travail systémique et obsédant. Le parcours de l'exposition se poursuit par un focus sur les "saynètes" de Guillermo Rigoberto Casola Marcos, dit Rigo, exposées pour la première fois. Karen Wong, du New Museum de New York, évoque au sujet de l'?uvre de Misleidys Castillo Pedroso aussi bien la problématique du genre que la parenté formelle de celle-ci avec celle de Clemente. Mais plutôt que de nous renseigner sur l'intention réelle de Misleidys, cette analyse met en lumière la question de la réception, centrale lorsqu'il s'agit d'évoquer des ?uvres d'art brut. Née en 1985 non loin de la Havane avec un déficit auditif sévère, Misleidys Castillo Pedroso est diagnostiquée autiste dans l'enfance. Elle vit dans sa famille, dans un isolement social total, avant de commencer, un jour, à peindre puis découper des silhouettes de bodybuildeurs - parfois plus grands que nature - bientôt rejoints par des faunes, des démons, des organes, dont certains en coupe partielle. Cette peuplade finit par orner toutes les pièces de la maison. Les languettes de scotch brun avec lesquels ils sont fixés sur les murs leur conférant comme une auréole surnaturelle. Son entourage prétend que Misleidys présente d'exceptionnelles capacités de voyance et de clairvoyance, héritage de sa mère, et qu'il n'est pas rare qu'elle soit surprise en train de « converser » par geste avec ses ?uvres. Signe que celles-ci sont détentrices d'un pouvoir qui dépasse la seule fascination qu'elles exercent sur le regardeur. Une pièce entière lui sera consacrée en 2019 au Kunstforum de Vienne à l'occasion de l'exposition « Flying High : Women Artists of Art Brut ». Un catalogue bilingue de 300 pages, revu et augmenté est publié avec une préface de Karen Wong, du New Museum de New York. expositions sélectives Drawing now art fair, le Carreau du Temple, paris, du 22 au 25 mars 2018. Historias de la violencia, commissaire : Gustavo Giacosa, Oliva Creative Factory, Portugal, 2018. Salo V, salon du dessin érotique, commissaire : Laurent Quénéhen, la galerie épisodique, Paris, 2017. Art Brut: a history of individual mythologies, curator: Christian Berst, Oliva Creative Factory, Portugal, 2017. Sur le fil, par Jean-Hubert Martin, christian berst art brut gallery & Jean Brolly gallery, from April 9 to May 22, 2016. Misleidys Francisca Castillo Pedroso & Daldo Marte : fuerza cubana, galerie christian berst art brut, Paris, 2016 I'm a Beautiful monster, works from the Treger/Saint Silvestre collection, Oliva Creative Factory, Portugal, 2015. Soit 10 ans, états intérieurs, gallery christian berst art brut, Paris, from September 12 to October 21, 2015 Misleidys Francisca Castillo Pedroso: Cut and Flex, University of Kentucky, Albert B. Chandler Hospital, 2015 Misleidys Fransisca Castillo Pedroso : Musculatura Viva, galerie christian berst art brut New York, April 19 to May 31, 2015. NADA Miami, 2014. (OFF)ICIELLE FIAC, cité de la mode et du design, Paris, October 22 to 26, 2014. RIGO, né à Cuba en 1961 Guillermo Rigoberto Casola Marcos, né à la Havane en 1961, est plus connu sous le nom de Rigo. Ses parents et sa fratrie souffrent comme lui de troubles mentaux ; l'un de ses frères est diagnostiqué schizophrène paranoïaque. Rigo dessine depuis l'enfance. Il offre ses dessins ou les jette. Son art tente d'exprimer son quotidien, le ressenti d'un cubain pauvre, mi artiste, mi fou. Il aime aussi regarder des films expérimentaux et tourne ses propres vidéos qu'il conserve jusqu'au moment où il trouve un ordinateur pour les diffuser. Rigoberto a été admis en hôpital psychiatrique à deux reprises. Il travaille actuellement comme gardien dans un service de l'État. Galerie Christian Berst 3-5, passage des Gravilliers (accès par le 10, rue Chapon) 75003 Paris M° Arts et Métiers, Rambuteau France Phone : +33 (0)1 53 33 01 70 Fax : +33 (0)1 53 33 01 70 Mail : contact@christianberst.com Internet Site : www.christianberst.com Keywords : Misleidys Francisca Castillo Perdoso, Misleidys Castillo Pedroso, Rigo Casola Marcos, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-08 18:00:00]

 
 
Vernissage de Wallace Berman "Visual Music"
 
 
20ème Prix Fondation d'entreprise Ricard

Mon, 10 Sep 2018 16:30:00 Du mardi 11 septembre 2018 au samedi 27 octobre 2018 Vernissage le lundi 10 septembre 2018 Une proposition de Neïl Beloufa Artistes : Anne Le Troter, Guillaume Maraud, Has been, hélas (une exposition de Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu et Victor Vaysse, atelier Le Marquis), Liv Schulman, Lucile Littot, Ludovic Boulard Le Fur, Meriem Bennani, South Way Studio (un projet de Emmanuelle Luciani et Charlotte Cosson) et Victor Yudaev Le Prix Fondation d'entreprise Ricard sera remis le 19 octobre prochain. « Depuis 20 ans déjà, le Prix Fondation d'entreprise Ricard affirme et participe à la construction de la scène française, de ses structures, ses hiérarchies, ses méthodes et ses formes. Il légitime année après année des pratiques d'artistes, de commissaires et d'institutions tout en se contrariant mélodiquement quand il invite des artistes à commissarier et des commissaires à artistiquer. Si, plus largement, les jeux de passage de flambeau et d'usurpation de rôles entre auteurs, acteurs, commentateurs, décors, lieux dédiés ou non, dedans et dehors, avec et sans, ensemble, seuls et contraints, neufs et d'occasion, libérés ou non pouvaient faire sujet, il semble aujourd'hui que ces décloisonnements systémiques soient entrés dans les canons de la conception d'une exposition. Alors si tout a été dit et contredit, les instances de validation restent légitimes tout en ne représentant plus un enjeu pour les artistes. Des pratiques artistiques émergent qui n'entrent ni dans le calibrage à tout prix, ni dans des formats d'opposition. L'engagement est complet, nonchalant plus que vindicatif. L'indéfinition assumée de ces productions ne se pose pas comme une revendication. Elle recentre des propositions sur ce que cette introduction évite d'évoquer dans un paradoxe filé : l'Art et son expérimentation. L'exposition "Le 20ème Prix Fondation d'entreprise Ricard" tente à la fois de respecter les modalités de son existence et de rendre compte de ce mouvement dont les acteurs principaux ne se soucient pas. Joyeux anniversaire et merci. » N. Sont nommés : Meriem Bennani Ludovic Boulard Le Fur Has been, hélas (une exposition de Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu et Victor Vaysse, atelier Le Marquis) Anne Le Troter Lucile Littot Guillaume Maraud Liv Schulman South Way Studio (un projet de Emmanuelle Luciani et Charlotte Cosson) Victor Yudaev Meriem Bennani est née en 1988 à Rabat (Maroc) et vit et travaille à New York. Elle a étudié à The Cooper Union, New York et à l'ENSAD, Paris. Ludovic Boulard Le Fur est né en 1981 à Paris et vit et travaille à Mouleydier. Il a étudié à l'ENSBA, Paris et à la School of Art and Design, Canberra. Has been, hélas : Camille Besson est né en 1990 à Nîmes. Il a étudié à la HEAD, Genève Raphaël Rossi est né en 1988 à Dijon. Il a étudié à l'ESAD de Reims Maxime Testu est né en 1990 à Rouen. Il a étudié à l'ENSBA de Lyon et à la HEAD, Genève. Victor Vaysse est né en 1989 à Paris. Il a étudié à l'ENSBA de Paris et au Fresnoy, Tourcoing. Ils vivent et travaillent à Paris et en Seine-Saint-Denis Anne Le Troter est née en 1985 à Saint Etienne et vit et travaille à Paris. Elle a étudié à la HEAD, Genève et à l'ESAD, Saint-Étienne Lucile Littot est née en 1985 à Paris et vit et travaille à Paris. Elle a étudié à l'École d'arts, Rueil-Malmaison et à l'École des beaux-arts de Marseille. Elle est représentée par la New Galerie, Paris. Guillaume Maraud est né en 1988 à Bordeaux, il vit et travaille à Paris. Il a étudié le droit à Université de Bordeaux, et à l'ENSAPC, Cergy. Il est représenté par la galerie Édouard Montassut. Liv Schulman est née en 1985. Elle a grandi à Buenos Aires et vit et travaille à Paris. Elle a étudié à l'ENSAPC, Cergy, à la Goldsmith University, Londres, à l'UTDT, Buenos Aires et à l'ENSBA, Lyon. South Way Studio : Emmanuelle Luciani et Charlotte Cosson vivent et travaillent à Marseille. Victor Yudaev est né en 1984 à Moscou et vit et travaille à Marseille. Il a étudié à la Hochschule für Bildende Künste de Braunschweig, à la Gerrit Rietveld Academie et à la Rijksakademie, Amsterdam et à l'ENSBA, Lyon. Fondation d'entreprise Ricard 12, rue Boissy d'Anglas 75008 Paris M° Concorde France Phone : +33 (0)1 53 30 88 00 Fax : +33 (0)1 40 06 90 78 Internet Site : www.fondation-entreprise-ricard.com Keywords : Prix Fondation d'entreprise Ricard, Neïl Beloufa, Anne Le Troter, Guillaume Maraud, Camille Besson, Raphaël Rossi, Maxime Testu, Victor Vaysse, atelier Le Marquis, Liv Schulman, Lucile Littot, Ludovic Boulard Le Fur, Meriem Bennani, South Way Studio, Emmanuelle Luciani, Charlotte Cosson, Victor Yudaev, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-10 18:30:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "Franz West"

Mon, 10 Sep 2018 17:00:00 du 12 septembre au 10 décembre 2018 Le Centre Pompidou présente la plus grande rétrospective consacrée à ce jour au travail de Franz West (1947-2012), avec près de 200 ?uvres. Cet événement est la première grande occasion d'évaluer la postérité de l'artiste autrichien, l'un des plus influents de ces cinquante dernières années. L'exposition est une célébration foisonnante du travail de l'artiste, de 1972 à 2012. Elle inclut ses premiers dessins rarement exposés (1970-1973) ainsi que ses premières sculptures Passstücke, réalisées à partir de 1973-1974, des sculptures adaptables au corps que le spectateur peut manipuler pour « révéler ses névroses ». L'exposition présente également une sélection de ses sculptures en papier mâché des années 1980, et plusieurs collaborations avec d'autres artistes dont Herbert Brandl, Heimo Zobernig ou encore Albert Oehlen. Elle rassemble une sélection de ses ?uvres-meubles, ses chaises et canapés, ses Lemurenköpfe ou Têtes de Lémures, ses collages et dessins tardifs, les maquettes pour ses ?uvres de plein air, ainsi qu'une sélection de ses sculptures en extérieur. Dans le Forum du Centre Pompidou et dans plusieurs musées et institutions du Marais est installée une sélection de ces ?uvres monumentales de plein air, permettant un partenariat inédit avec des institutions voisines telles que le Musée national Picasso, le Musée Cognacq-Jay et la Bibliothèque historique de la ville de Paris. L'exposition rend tout autant compte de la capacité d'invention plastique exceptionnelle de l'artiste que de sa sensibilité irrévérente et sarcastique. Redéfinissant la sculpture par rapport au corps, au spectateur et à la dimension verbale, Franz West a su créer une esthétique originale. Préfigurant le « trash » des années 1990, il a constamment inversé les catégories du « laid » et du « beau », du repoussant et de l'attractif. Plus que tout autre, il a redéfini la notion d'auteur et de collaboration avec d'autres artistes, des plasticiens aux musiciens en passant par les écrivains. L'exposition révèle d'ailleurs l'importance qu'ont eue sur Franz West la philosophie et la psychanalyse, de Ludwig Wittgenstein à Sigmund Freud, tout autant que son rapport passionné à la musique. Présentée à l'entrée de la Galerie 2, l'?uvre Auditorium - initialement créée pour la documenta 9 de Cassel en 1992, clin d'?il au canapé de psychanalyse de Freud - accueille un programme de performances et de rencontres. Une dizaine d'invités parmi lesquels des commissaires, artistes, musiciens et amis de Franz West y interviennent pendant toute la durée de l'exposition, parmi lesquels Bice Curiger et Kasper König. Franz West, « Rrose (DRAMA) », 2001. Collection Norvegian Telecom Centre Pompidou Musée National d'Art Moderne - Beaubourg Place Georges Pompidou 19, rue Beaubourg 75191 Paris Cedex 04 M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet France Phone : +33 (0)1 44 78 12 33 Fax : +33 (0)1 44 78 13 03 Internet Site : www.centrepompidou.fr Keywords : Franz West, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-10 19:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "AfriCubisme"
 
 
Vernissage de l'exposition "Prestigieuse Collection Afrique-Océanie"

Tue, 11 Sep 2018 13:00:00 Galerie Jean-Baptiste Bacquart Marie Astrid Courtois 27 rue de Seine 75006 Paris 0658877384 Lors du parcours des mondes 2018, la Galerie Jean-Baptiste Bacquart présentera une prestigieuse collection d'art Africain et Océanien. Cette collection est composée de 114 objets d'une très grande qualité, ayant appartenue à un illustre collectionneur réputé pour son ?il exceptionnel et universel. Les statues et masques africains proviennent d'Afrique de l'ouest et d'Afrique centrale : Côte d'ivoire, Libéria, Gabon. Les provenances sont prestigieuses : Pierre Guerre, Hubert Goldet, P. Matisse, Héléne Leloup... La partie océanienne de la collection comprend un exceptionnel ensemble d'objets Maori dont certains ont été ramenés par le Capitaine James Cook et le naturaliste Joseph Banks. La Galerie Jean-Baptiste Bacquart mettra en vente ces objets fabuleux au 27 rue de seine, du 11 septembre au 16 septembre 2018, dans le cadre du Parcours des Mondes 2018. Saint-Germain-des-Prés Saint-Germain-des-Prés 75006 Paris M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés France Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com Keywords : Parcours des Mondes, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-11 15:00:00]

 
 
Vernissage de la 17ème édition du Parcours des Mondes 2018
 
 
Vernissage de l'exposition "Alphonse Mucha"

Tue, 11 Sep 2018 17:00:00 12 septembre 2018 - 27 janvier 2019 Artiste tchèque de renommée internationale, Alphonse Mucha reste indissociable de l'image du Paris 1900. Sa célébrité lui vient surtout de ses élégantes affiches d'un style très affirmé, emblématique de l'Art nouveau. Mais son activité d'affichiste occulte trop souvent les autres aspects de sa production comportant aussi des peintures, des sculptures, des dessins, des décors, des objets d'art... Au travers de toutes ces ?uvres, c'est la figure d'un homme qui se dessine, mystique et visionnaire, animé d'une véritable pensée politique, à l'heure du renouveau national tchèque et de l'éclatement de l'Empire austro-hongrois. Tout le travail préparatoire pour L'Épopée slave qui l'occupe entre 1911 et 1928 témoigne de son attachement à son pays natal et de son rêve d'unité entre les peuples slaves. Au-delà du maître de l'Art nouveau, c'est donc l'?uvre foisonnante et la personnalité singulière de cet artiste que l'exposition entend révéler aux visiteurs. Commissariat : Tomoko Sato, conservateur de la Fondation Mucha, Prague Exposition organisée par la Rmn-Grand Palais en coproduction avec Arthemisia avec la collaboration de la Fondation Mucha, Prague Les Saisons : l'été, 1896 Lithographie en couleur © Mucha Trust 2018 Musée du Luxembourg 19, rue de Vaugirard 75006 Paris M° Saint-Sulpice, Odéon, Rennes, RER B Luxembourg France Phone : +33 (0)1 42 34 25 95 Mail : info@museeduluxembourg.fr Internet Site : www.museeduluxembourg.fr Keywords : Alphonse Mucha, Art nouveau, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite-Caritatif-Charity-Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2018-09-11 19:00:00]

 
 
Vernissage de la 4ème édition du salon "MAD - Multiple Art Days"
 
 
Vernissage de Emeka Ogboh "No Condition is Permanent"
 
 
  lecteur RSS en ligne   » Retour   lecteur de fils RSS en ligne
Lecteur RSS
lecteur rss en ligne Annuaire RSSAu sujet de SYFACiLFAQBarre d'outilsDémoNos partenairesTester Tarifs   © 2018 Com'onSoft