stockage de fichier

Lecteur RSS, lecteur RSS en ligne, lecteur de fils RSS

» Annuaire RSS  
SYFACiL : lecteur RSS - créez une revue de presse en ligne. lecteur et lecture de fils  RSS en ligne. SYFACiL : V2.1 - lecteur RSS, lecteur de fils RSS - lecteur RSS en ligne
   

lecteur RSS en ligne   » Ajouter un lien RSS/Podcast    lecteur de fils RSS en ligne
 
  lecteur RSS en ligne   » Retour   lecteur de fils RSS en ligne
  Accueil annuaire   Loisirs  
    » Germain Pire



lecteur RSS en ligne   » Ajouter un lien RSS/Podcast    lecteur de fils RSS en ligne

 
  agenda des sorties parisiennes
 
 
  Source RSS agenda.germainpire.info Je n'aime pas, je ne recommande pas et vote contre  J'aime, je recommande et vote pour.  
  Dernière mise à jour :

Soirée d'ouverture de la 16ème édition du Festival Silhouette 2017

Wed, 23 Aug 2017 17:00:00 PROGRAMME DE LA SOIRÉE CONCERT Auteure, compositrice, interprète, autodidacte des possibles, La Fonta s'enregistre dehors, dedans, dessus, dessous. Ses influences vont de Brigitte Fontaine au Wu Tang Clan en passant par Nina Simone et MC Solar. Brouillant les frontières temporelles et géographiques, la soirée continuera avec Ko Shin Moon, duo mêlant instruments du monde, machineries analogiques, arrangements électroniques et enregistrements de terrain. CINÉ-QUIZZ Pour la première fois cette année, Silhouette propose à son public de tester sa culture cinématographique pendant 45 minutes à travers un quizz conçu spécialement pour l'occasion par deux jeunes passionnées. Depuis un an, Les Funny Games rassemblent amateurs de cinéma et de séries dans les bars de la capitale pour des soirées thématiques, riches en challenge et en émotions. A la Folie 26, avenue Corentin Cariou Parc de la Villette 75019 Paris M° Corentin Cariou, Porte de la Villette France Phone : +33 (0)7 76 79 70 66 Mail : info@alafolie.paris Internet Site : www.alafolie.paris Keywords : Festival Silhouette, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-08-23 19:00:00]

 
 
73ème anniversaire de la Libération de Paris
 
 
16ème édition du Festival Silhouette 2017

Fri, 25 Aug 2017 19:00:00 Après une 15ème édition triomphale réunissant près de 15000 festivaliers, le Festival Silhouette revient pour une 16ème édition ! Du 25 août au 2 septembre 2017, Silhouette s'installera sur les pelouses du Parc de la Butte du Chapeau Rouge, Paris 19ème pour 9 soirées de concerts et de projections en plein air. COMPÉTITION INTERNATIONALE 45 courts métrages issus de 22 pays pour 7 soirées de projections en tous genres (fiction, documentaire, clip, animation, hybride). La diversité viendra surtout cette année des formes proposées : réalisateurs confirmés et jeunes cinéastes expriment ensemble le besoin d'un souffle nouveau et insufflent rébellion et genèse au c?ur de leur cinéma. Dans la programmation, retrouvez notamment : Lokoza de Isabelle Mayor et Zee Ntuli Le film de l'été de Emmanuel Marre The hedonists de Jia Zhangke After school knife fight de Jonathan Vinel et Caroline Poggi La disco resplandece de Chema Garcia Ibarra Nyo vweta nafta de Ico Costa A discrétion de Cédric Venail SOIRÉE FOCUS VENDREDI 1er SEPTEMBRE Quel meilleur vecteur d'expression, de liberté et de mise à nu que le court métrage ? Parce que les films qui ont fait le Festival Silhouette ont souvent titillé le désir de toucher une vérité crue, de montrer ce que l'on cache ou camoufle, cette soirée rendra hommage à l'audace de ces auteurs qui ne cherchent pas à nous brosser dans le sens du poil ! Un programme de 7 courts métrages où il sera question de poils, de cheveux, de corps... et de quitter sa vieille peau ! Ou quand la mise au point passe par une mise à poil ! Avec, entre autres : Eût-elle été criminelle de Jean-Gabriel Périot. SOIRÉE DE CLÔTURE ? SAMEDI 2 SEPTEMBRE Remise des prix et projection du palmarès sur le parc en présence des lauréats. http://www.association-silhouette.com Parc de la Butte du Chapeau Rouge 5, avenue Debidour 75019 Paris M° Pré-Saint-Gervais, T3 Robert Debré France Internet Site : equipement.paris.fr/parc-de-la-butte-du-chapeau-rouge-1811 Keywords : Festival Silhouette, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-08-25 21:00:00]

 
 
Finissage de l'exposition "Fred Forest"

Sun, 27 Aug 2017 13:00:00 forum, niveau -1 du 12 juillet au 28 août 2017 commissariat d'Alicia Knock Une exposition dédiée à Fred Forest, "l'homme-média", envisage la notion de Territoire pour traverser l'ensemble de la production de l'artiste, pionnier d'un art sociologique et participatif basé sur les outils modernes et contemporains de communication. La manifestation part du Territoire du m² artistique, créé en 1977 comme le Centre Pompidou, pour dérouler la trajectoire plastique de l'artiste depuis ses tableaux-écrans et autres espaces à remplir jusqu'aux actions-performances médiatiques et critiques. Les territoires investis par Fred Forest sont en effet multiples :de l'espace plein de la peinture et des médias à la production d'une série de «vides», du flux médiatique au périmètre institutionnel, de l'échelle locale à l'utopie planétaire, des terres d'Anserville-propriété et ?uvre de Fred Forest -aux territoires invisibles ou virtuels. Le parcours de l'exposition articule ces tensions à l'?uvre dans le travail de l'artiste, souvent paradoxal et dont la quête plastique a longtemps été étouffée par l'activisme médiatique. Le Forum -1 accueille pour l'occasion ses actions les plus emblématiques (Space médias, La maison de vos rêves, Le blanc envahit la ville), et d'autres ?uvres moins connues (La famille vidéo, New media n°1...) à travers une série d'archives télévisuelles, photographiques et écrites pour la plupart inédites. L'exposition rend compte de l'histoire souvent ambiguë de l'artiste avec les institutions et plus précisément celle qui le lie au Centre Pompidou. Le dispositif réactive notamment la Bourse de l'imaginaire, intervention artistique réalisée par l'artiste en ce même lieu en 1982. #ExpoFredForest Centre Pompidou Musée National d'Art Moderne - Beaubourg Place Georges Pompidou 19, rue Beaubourg 75191 Paris Cedex 04 M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet France Phone : +33 (0)1 44 78 12 33 Fax : +33 (0)1 44 78 13 03 Internet Site : www.centrepompidou.fr Keywords : Fred Forest, Alicia Knock, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-08-27 15:00:00]

 
 
Avant-première du film "Petit Paysan"
 
 
Vernissage d'Irina Kirchuk & Dieter Roth "Brochette"
 
 
Vernissage de Raphaëlle Peria "Marinus Asiaticus"
 
 
Vernissage de Hassan Musa "NAGE ICARE"

Sat, 02 Sep 2017 11:00:00 Vernissage samedi 2 septembre de 13h00 à 21h00 02.09.17 - 07.10.17 A l'occasion de cette exposition, le livre "Hassan Musa" collection artistes en résonances sera publié par les éditions du Jasmin. Le passe? du Noir, ce passe? de corde, de feu ; de torture, de castration, d'infanticide, de viol ; de mort et d'humiliation ; de peur, jour et nuit ; de peur qui le pe?ne?tre jusqu'a? la moelle des os ; de doute qu'il soit digne de vivre puisque tous ceux qui l'entourent affirment le contraire [...] ce passe?, ce combat sans fin pour acque?rir, re?ve?ler, confirmer une identite? d'homme, une autorite? d'homme, a en lui, pourtant, au milieu de tant d'horreur, quelque chose de tre?s beau. James Baldwin - La Prochaine fois, le feu (1963). Hassan Musa a commence? a? peindre alors qu'il travaillait pour une compagnie de the?a?tre. Depuis, les notions de de?cor et de sce?ne ne l'ont jamais quitte?. A? l'image d'un the?a?tre, il regarde avec attention le monde, son histoire et son actualite? qui, dans ses peintures sur tissus, se te?lescopent avec humour, poe?sie et ironie. Tout commence par un motif imprime? sur tissu, un fruit, un animal, une moto, une fleur. Le motif engendre une re?action, une sce?ne le plus souvent constitue?e d'une figure centrale. De manie?re re?currente, Hassan Musa fait intervenir des personnages : Oussama ben Laden, Jose?phine Baker, George W. Bush ou encore lui-me?me. Ils sont chacun mis en relation avec des motifs imprime?s et/ou peints, des signes qui engagent un trouble, un e?cart critique. Les signes font appel a? une me?moire et une imagerie collectives qui entreme?lent des ste?re?otypes, des re?fe?rences a? l'actualite?, aux mythologies, a? l'art et aux religions. L'artiste convoque ainsi diffe?rentes formes d'ide?ologies sur lesquelles reposent les cultures. Il associe volontiers les signes occidentaux avec les signes orientaux pour de?noncer avec opinia?trete? le danger de l'universalisme et par incidence de l'impe?rialisme occidental. Franc?ois Jullien pose la question : « Comment traduit-on l' ?universel?, quand on sort de l'Europe ? De la? aussi que cette exigence de l'universel, elle que nous avions confortablement range?e dans le credo de nos assurances, au principe de nos e?vidences, redevienne enfin saillante, qu'elle sorte a? nos yeux de sa banalite? ; qu'elle en apparaisse inventive, audacieuse et me?me aventureuse. »1 Hassan Musa se refuse a? l'uniforme qui met en pe?ril la diffe?rence et celui qui est commune?ment nomme? « l'autre ». En ce sens, les peintures sur tissus mettent en sce?ne une remise en question des e?vidences en proce?dant d'un syncre?tisme des mythes : les he?ros et he?roi?nes antiques, bibliques, artistiques, me?diatiques. Qu'est-ce qu'un.e he?ro.ine ? Qui en construit la repre?sentation ? Pour qui et pourquoi ? L'artiste confronte les he?ros et les antihe?ros pour mettre a? mal un regard maniche?en et lissant pose? par l'Occident. A? l'universalisme, il choisit la notion de commun, « ce qui se partage ».2 Le commun ne re?duit pas la culture a? un seul uniforme, bien au contraire il forme un espace ou? les diffe?rences cohabitent, se rencontrent et interagissent. Hassan Musa rend visible le commun par la couture, la re?union des diffe?rents, mais aussi par le dialogue physique et pictural de ce qui est habituellement mis en opposition. 1 JULLIEN, Franc?ois. Il n'y a pas d'identite? culturelle. Paris : L'Herne, 2016, p.10 2 JULLIEN, Franc?ois, p.12 Julie Crenn Hassan MUSA Né en 1951 à El Nuhud, Soudan Vit et travaille à Domessargues, France Suzanne et les vieillards I - Encre sur textile - 253 x 288 cm - 2006 Galerie Maïa Muller 19, rue Chapon 75003 Paris M° Rambuteau, Arts et Métiers France Phone : +33 (0)9 83 56 66 60 Mobile : +33 (0)6 68 70 97 19 Mail : contact@galeriemaiamuller.com Internet Site : www.galeriemaiamuller.com Keywords : Hassan Musa, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 13:00:00]

 
 
PASSAGE PAS SAGE 2017
 
 
Vernissage de l'exposition "Gugging ! the crazed in the hot zone"

Sat, 02 Sep 2017 13:00:00 exposition du 2 septembre au 14 octobre 2017 Lieu emblématique de l'art brut, la maison des artistes de l'hôpital psychiatrique de Gugging, près de Vienne, en Autriche, a révélé depuis sa création en 1981 par le docteur Navratil quelques-uns des plus grands artistes bruts, dont August Walla que nous avons exposé en 2015. On sait moins que David Bowie - qui les collectionnait - y trouva l'inspiration de son album Outside. La galerie est aujourd'hui très fière de réunir les ?uvres - des plus historiques, voire muséales, aux plus contemporaines - de 9 de ces créateurs : Laila Bachtiar, Johann Fischer, Helmut Hladisch, Johann Korec, Heinrich Reisenbauer, Günther Schützenhofer, Leopold Strobl, Oswald Tschirtner et August Walla. Oswald Tschirtner and David Bowie at Haus der Künstler, Gugging Galerie Christian Berst 3-5, passage des Gravilliers (accès par le 10, rue Chapon) 75003 Paris M° Arts et Métiers, Rambuteau France Phone : +33 (0)1 53 33 01 70 Fax : +33 (0)1 53 33 01 70 Mail : contact@christianberst.com Internet Site : www.christianberst.com Keywords : Gugging, David Bowie, Laila Bachtiar, Johann Fischer, Helmut Hladisch, Johann Korec, Heinrich Reisenbauer, Günther Schützenhofer, Leopold Strobl, Oswald Tschirtner, August Walla, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 15:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition collective "Exil"
 
 
Vernissage de l'exposition collective "In mysterious ways #2"
 
 
Vernissage de Truc-Anh "Le céleste du terrestre"

Sat, 02 Sep 2017 13:00:00 du 1er septembre au 7 octobre 2017 vernissage samedi 2 septembre de 15h à 22h en présence de l'artiste à l'occasion de Passage Pas Sage #6 Vincent Sator est heureux de vous présenter la troisième exposition personnelle de TRUC-ANH à la galerie du 1er septembre au 7 octobre 2017. "En avril 2017, je suis parti au Népal avec quelques autres anonymes, face aux chaines de l'Himalaya, pour un voyage initiatique. La première partie du voyage fut partagée en trois cérémonies shamaniques. Ces rituels millenaires d'origine amazonienne sont construits autour d'une plante médicinale appelée Ayahuasca. Cette plante vise à plonger l'être au plus profond de sa vérite. Elle le connecte avec lui même ; à l'Univers aussi. La deuxieme partie fut un rite de passage amérindien appelé "Vision Quest". Il consiste à rester isolé de tout, sans manger pendant cinq jours, seul au coeur de la nature. Mon exposition est le fruit de cette expérience." Truc-Anh, Ho Chi Minh Ville, juillet 2017 Acte de mort puis de renaissance, cette expérience forte fut pour l'artiste comme un cheminement entre le Céleste et le Terrestre. L'exposition est pensée comme un entre deux mondes. Ainsi la forme losange des oeuvres choisie par Truc-Anh est une forme qui s'étire entre le ciel et la terre. Lorsque Truc-Anh décide de ce voyage initiatique, la démarche est tout autant artistique que personnelle, l'un n'allant pas sans l'autre. Le regard qu'il porte sur le monde et sur lui même en fut profondément bouleversé. Par un geste créatif libre et instinctif, c'est cette expérience de la modification que l'exposition "Le Céleste du Terrestre" propose de montrer et de partager. Né en 1983 à Paris, après avoir étudié à l'École Boulle, TRUC-ANH est diplômé de l'EAL de Lausanne et de LA CAMBRE de Bruxelles où il a par la suite enseigné. Il vit et travaille entre Paris, Los Angeles et Ho Chi Minh Ville (Vietnam). Il expose régulièrement son travail en Europe (Paris, Rotterdam, Bruxelles...), en Asie (Hanoi, Ho Chi Minh Ville, Singapour) et aux Etats-Unis (Los Angeles...). TRUC-ANH vient de participer au printemps 2017 à l'exposition collective inaugurale "The Golden Allegory" du nouveau Vincom Center for Contemporary Art à Hanoï, l'un des premiers grands centres d'art contemporain du Vietnam. Dans le cadre de l'événement "Un Dimanche à la galerie", la galerie Sator proposera une performance-récit de Truc-Anh le dimanche 24 septembre à 16h. Galerie Sator 8, passage des Gravilliers (accès par le 10, rue Chapon) 75003 Paris M° Arts et Métiers, Rambuteau France Phone : +33 (0)1 42 78 04 84 Internet Site : www.galeriesator.com Keywords : Truc-Anh, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 15:00:00]

 
 
Vernissage d'Ari Marcopoulos "Machine"

Sat, 02 Sep 2017 14:00:00 September 2 - October 14, 2017 Opening on Saturday, September 2, 2017 galerie frank elbaz is proud to announce the second solo show of Ari Marcopoulos at the gallery in Paris. Machine Andy Warhol said he wished he could be a machine but I'm not about all that, not exactly. I use a Machine, several in fact - sometimes a Leica, Canon, Contax, or Hasselblad - to take pictures with. Why? It's hard to explain, it's easier to just look and to find patterns, repetition is key. These days everyone has a camera in their pocket and in the Warhol sense they have become machines, empty recorders continually taking aim at the time, trying to capture the elusive and the mundane. The trouble is that time slips away and fades anyway. I make books, zines, and films as a way to extend the life of the photograph, to make it move. For my show at galerie frank elbaz I am considering the filmic quality of still photographs, making fast photocopies and slower color pigment prints, with the intention of papering the walls with thousands of images. I have been selecting photos from my extensive archive, guided mostly by intuition, this allows me to regroup old and new and to see the patterns within my work. I have been taking wayward paths across time, in predominantly recent work with diversions. The range of places I've been and the people I have encountered are what guide me, those people include edge dwellers, skaters, rap gods, athletes, kids, trees, graffiti, faces, tangles, and cars. Noise, exertion and rebellion and chaos have always been my métier and so for the first time I'm building an ambitious machine of my own, an 8-channel video contraption to show a randomized array of my rarely seen short films. The collection of works in view represents a broad range of images of the past and the present. The Machine adds the element of time and the cacophony of place to portraiture. The Park is a 78-minute silent movie with one cut that fixes its gaze on an open basketball court in Brooklyn. I'm captivated by the everyday life of the park, the players challenging each other, the play of light and shadow in the physical but also the emotional sense. Situated across from the Walt Whitman housing projects, the basketball court becomes a site of freedom and expressivity. Its the only court I know of in New York that has no fence around it, so the court's activity blends seamlessly with life around it. The New York Housing Authority has effectively cut off its denizens from the main street, and so, The Park is a microcosm of street life unbound. Ari Marcopoulos Ari Marcopoulos (b. in 1957 in Amsterdam, The Netherlands; lives and works in Brooklyn, NY, USA) has had solo exhibitions at New Orleans Museum of Art, New Orleans, LA, USA; Berkeley Art Museum, Berkeley, CA, USA and Foam Fotografiemuseum Amsterdam, the Netherlands, among others. His work has been featured in The Whitney Biennal, Whitney Museum of American Art, New York, NY, USA twice and in the Mercosul Biennial, Porto Alegre, Brazil along with group exhibitions at Camden Arts Centre, London, UK; Wattis Institute, San Francisco, CA, USA; Kunsthalle Wien, Vienna, Austria; Centre Culturel Suisse, Paris, France, among others. His videos have been screened at the Museum of Modern Art, New York, NY, USA; Museum of Fine Arts, Houston, TX, USA and San Francisco International Film Festival, San Francisco, CA, USA. Editorials by Marcopoulos appeared in magazines such as Kaleidoscope, Purple, Dazed and Confused and W. Excerpts from The Machine, 2017 8 screen video installation, 22'33'' https://vimeo.com/224621888 Ari Marcopoulos, Excerpts from The Machine, 2017 from galerie frank elbaz on Vimeo Galerie Frank Elbaz 66, rue de Turenne 75003 Paris M° Saint-Sébastien - Froissart France Phone : +33 (0)1 48 87 50 04 Fax : +33 (0)1 48 87 52 93 Mail : info@galeriefrankelbaz.com Internet Site : www.galeriefrankelbaz.com Keywords : Ari Marcopoulos, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 16:00:00]

 
 
Vernissage de Hassan Sharif "Reading is Making : Books and Boxes"

Sat, 02 Sep 2017 14:00:00 Exposition du 2 Septembre au 7 Octobre 2017 Vernissage Samedi 2 Septembre de 16h à 20h Hassan Sharif s'est éteint le 18 Septembre 2016. Son acuité à percevoir le monde et sa liberté de penser ont marqué une génération d'artistes et de critiques de la région dont il est originaire, le Moyen Orient, puis de la scène internationale. Nous avons souhaité, pour la première exposition sans lui, revenir sur sa pensée et son oeuvre à partir de la série intitulée Books and Boxes développée dès 1982. Au départ, quelques feuilles agrafées déploient ses expérimentations de calculs systématiques. Ailleurs, dans des contenants en bois avec des bandes de papier découpées, l'artiste mêle l'ordre et le hasard. Les Books and Boxes peuvent aussi être la construction d'un récit à partir de systèmes de signes. Avec des matériaux simples trouvés dans la vie quotidienne, journaux, carton, ses sculptures ont parfois des résonances autobiographiques et sont le fruit de gestes et d'actions simples et répétitives de transformation. Ce travail de répétition est une forme de résistance à une réalité économique et sociale, témoignant de l'évolution de la société qui l'entoure. A la prolifération des biens, il oppose la durée du geste. A l'intérieur des Books and Boxes réside toute l'oeuvre de l'artiste : le rapport à l'autre, du désir à la frustration, le réalisme du quotidien et l'importance du savoir. «Dès le début, juste en regardant des reproductions dans les livres, je devins conscient d'une autre manière de penser et de faire de l'art. J'ai toujours essayé de trouver une voie. Je savais qu'il existait quelque part quelque chose de nouveau et de différent.» Eight very small horizontal lines and. X, 1983 gb agency 18, rue des Quatre Fils 75003 Paris M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers, Saint-Paul France Phone : +33 (0)1 44 78 00 60 Mail : gb@gbagency.fr Internet Site : www.gbagency.fr Keywords : Hassan Sharif, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 16:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition collective "De biais, et parfois de dos"
 
 
Vernissage de l'exposition collective "NB"
 
 
Vernissage de Maude Maris "Les grands profils"

Sat, 02 Sep 2017 14:00:00 Du 2 septembre au 7 octobre 2017 Vernissage le 2 septembre, de 16h à 22h Maude Maris peint le volume des images. Elle dérange aujourd'hui les curseurs de son système de représentation en considérant de plus près encore, la majesté de la sculpture. Sa nouvelle série de peintures invoque ainsi quatre maîtres ayant contribué à la modernité du genre, depuis l'intimité de leur espace de travail. Tous confessent un usage de la photographie comme révélateur de leurs ?uvres. Auguste Rodin aimait faire visiter sa collection d'antiques à la bougie. L'éclairage théâtral laissait naître successivement toutes les formes du marbre, vivifiées par la lueur chancelante de la flamme et par la marche de l'éclaireur. C'est par ce double truchement lumineux, que les chefs-d'?uvre surgissaient, blanc sur noir, pierre sur nuit. Maude Maris saisit cette pleine compréhension des formes, par une facture d'une rugosité nouvelle. Toute la minéralité chère à notre peintre résonne avec le procédé-même du développement argentique des tirages anciens, et autres alchimies de lumière. En son laboratoire, elle génère des émulsions rêches, recalibrant son habituelle résolution. Antoine Bourdelle a concentré sur son Monument de Montauban, l'essentiel de ses recherches iconographiques. Ses sept cents clichés sont autant de plans pour mieux manifester l'illusion du mouvement, folioscope qui excite notre persistance rétinienne. Familier des théories du cinématographe, l'artiste offre à son monolithe, une continuité narrative. Maude Maris, par cette triangulation entre les médiums, désamorce la position frontale imposée à toute toile. Le point de vue unique s'enrichit du feuilleté de ses sujets, peintures de photographies de sculptures de sculpteurs photographiant. Les filtres évitent l'exhibition de ce qui est en jeu au sein de l'atelier. Ces secrets intriguent justement notre observatrice, obscénité de la pénétration des choses ou de leur accouchement. Constantin Brancusi a accompli son appétit d'infini par le film, hors des contingences des matériaux et de leur pesanteur. L'invention promettait à sa Colonne sans fin une perspective inouïe grâce aux métrages de la pellicule et à la magie du reste. Érection dans l'objectif, le visionnaire imprima sur la surface gélatineuse, l'image de motifs décuplés en une verticalité jamais atteinte jusqu'alors. Maude Maris reste attentive à ces endroits, ces moments, où tout ne tient pas encore. Si elle furette dans les coulisses des Grands, c'est qu'elle y trouve la figure d'une vulnérabilité, le risque d'une stature précaire, et toutes ces astuces pour en préserver la tenue. Étais, béquilles et échafaudages forment une enveloppe graphique rassurant les masses. Le monde a un poids. Le voici portraituré avec pour fond, la clarté du plâtre ou l'obscurité de fresques éteintes. Henry Moore exploite la photographie avec discrétion, outil pour caler l'échelle de ses odalisques. Par des montages, il ajuste leur rapport au paysage. Ces collages lui ont prodigué un recul efficace, quand son corps-à-corps avec la matière ne suffisait plus. Entre miniature et monumental, il s'agit de reformater un juste équilibre. Maude Maris aligne ici en un sobre accrochage, une dizaine de rectangles. Chacun d'entre eux nous emporte pourtant au c?ur de leur superficie. Ainsi, le profil contrairement à la face, statique, invite au contournement. Cela réclame un pas de côté, un magnétisme de la périphérie. Dans l'optique d'une volupté à embrasser, ça tourne. Joël Riff, commissaire à Moly-Sabata et rédacteur de la chronique Curiosité, juin 2017. Maude Maris, Monument, 2017, huile sur toile, 120 x 90 cm Galerie Isabelle Gounod 13, rue Chapon 75003 Paris M° Arts et Métiers, Rambuteau France Phone : +33 (0)1 48 04 04 80 Fax : +33 (0)1 48 04 04 80 Mail : info@galerie-gounod.fr Internet Site : www.galerie-gounod.com Keywords : Maude Maris, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 16:00:00]

 
 
Vernissage : Roni Horn + selection#4
 
 
Vernissage de Joan Ayrton "SLOW MELODY TIME OLD"
 
 
Vernissage de Rolf Julius "Music in a Corner - Early Works"
 
 
Vernissage d'Ida Ekblad "Step Motherfucker"

Sat, 02 Sep 2017 16:00:00 2 - 30 September 2017 Ida Ekblad's artistic practice incorporates painting, sculpture, performance, filmmaking as well as poetry. Her works transmit a distinct vibrancy and spontaneity, created through the energetic movement of her compositions, the bold application of colour and the attentive use of found materials. Ekblad's expressive paintings often depict winding and twisted lines, some indicate human-like figures, others resemble landscapes. The forms and gestures found in her work derive from a wide variety of inspirations and art historical references, such as CoBrA, Situationism and Abstract Expressionism but also pop cultural aesthetics like graffiti or cartoon that indicate Ekblad's genre-crossing approach. "At the heart of this work is an energy, one that is palpably manifest in her finished images and objects. It is explicit in the manual strength required to construct one of her sculptures or to scramble up a scrapheap, yet also implicit in the movement, form and scale of her painting. Ekblad´s work is formed of contradiction; that of the social and the solitary, the physical and the contemplative. In Ekblad´s work, these similarities and differences are held in a delicate balance." Sarah McCrory, Ida Ekblad in Ida Ekblad. Poem Percussion, Bergen Kunsthall, 2010 Galerie Max Hetzler 57, rue du Temple 75004 Paris M° Rambuteau, Hôtel de Ville France Phone : +33 (0)1 57 40 60 80 Mail : info@maxhetzler.com Internet Site : www.maxhetzler.com Keywords : Ida Ekblad, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 18:00:00]

 
 
Vernissage d'Iris Levasseur "Comme si j'étais éternelle"

Sat, 02 Sep 2017 16:00:00 Solo show du 2 septembre au 28 octobre 2017 Vernissage le 2 septembre 2017 de 18h à 21h Dessiner et peindre comme réponse à la barbarie. Donner à voir les pertes humaines (un demi million de mort en Syrie), destructions de villes (Alep, Mossoul...), saccages de sites archéologiques (Palmyre, Hatra, Nimrud...). Comment représenter ce que l'on peut difficilement narrer.Dépasser son étonnement et la fascination que peuvent provoquer les images de destruction. Devenir curieuse de cette culture que l'on tente d'éradiquer. Se la réapproprier et la réanimer, la réactiver au plus vite. Être un témoin attentif de son époque, refuser la passivité infligée par le flux permanent des images virtuelles. Découvrir ou redécouvrir les collections (de Berlin, Bruxelles, Londres, Paris, Bâle), les livres (le Parrot), apprendre pour faire face. Ne pas être le miroir de la violence répandue, cette violence qui ne demande qu'à prendre du terrain. Suppléer aux limites du photo reportage. Investir la peinture et le dessin pour palier à la trop grande efficacité de la photographie. Donner à voir la violence des conflits en Syrie sans utiliser les codes de représentation efficients propre à la violence. Déjouer la puissance des images véhiculées par les nations, pays, groupes en conflits. Créer, recréer pour lutter contre les pillages et destructions des sites archéologiques, des ?uvres d'arts désormais bannies. Nourrir les formes issues du berceau de l'humanité, les transformer les donner de nouveau à voir pour empêcher qu'elles ne disparaissent des consciences. Donner souffle de vie à des formes ancestrales, des artéfacts détruits par l'organisation État islamique (EI) tels que les divinités Humbaba, Abu bint deimun, Ishtar. Ne pas accepter la destruction des idoles en s'octroyant ce pouvoir salvateur de reconstruire des figures qui n'ont plus le droit à leur quiétude, à leur immortalité, éternité. La peinture, le dessin ne triomphe pas des ruines mais réévaluent leurs présence dans nos yeux et notre mémoire. Les différentes séries, Vestiges, Souches, au Bon souvenir, Champs de batailles sont autant de propositions pour réanimer la mémoire collective et la vie. L'?uvre repousse la mort qui s'étale dans l'indifférence. Iris Levasseur, juin 2017 Vestige, huile sur toile, 160X160 cm, 2017 Galerie Odile Ouizeman 10-12, rue des Coutures Saint-Gervais 75003 Paris M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert France Phone : +33 (0)1 42 71 91 89 Fax : +33 (0)1 42 71 94 13 Mail : contact@galerieouizeman.com Internet Site : www.galerieouizeman.com Keywords : Iris Levasseur, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 18:00:00]

 
 
Vernissage de Daniel Spoerri

Sat, 02 Sep 2017 16:00:00 2 septembre au 28 octobre 2017 La galerie anne barrault est heureuse de présenter une exposition personnelle de Daniel Spoerri. Depuis la création, en 1960, du Mouvement du Nouveau Réalisme, auquel Daniel Spoerri a participé, cet artiste incarne une figure majeure de l'art moderne et contemporain. Héritier de Dada et de Duchamp, Daniel Spoerri joue à déstabiliser l'ordre, la hiérarchie des valeurs, des croyances et des pensées préconçues. L'art et la vie se confondent, le monde est potentiellement oeuvre d'art, les objets du quotidien et les objets trouvés, les expressions usuelles sont autant de ready-mades chargés de signification, d'affect et d'esthétique. Tout est fétiche. Tout est rituel. Tout est art. Il suffit de présenter comme tel, de «piéger» la chose. Le banal, le non-noble, le vulgaire, le voué au rebut, à la poubelle ou à la mort est replacé par le hasard et surtout par la volonté de Spoerri dans un cycle de vie à travers l'art. Daniel Spoerri qui s'inscrit pleinement dans ce mouvement qui voulait être une « singularité collective » a publié en 1962, son premier livre, aujourd'hui devenu culte, Topographie Anecdotée du Hasard (réédité cette année aux éditions du Nouvel Attila et du Bureau des Activités Littéraires). Dans cet ouvrage il fait déjà intervenir ses amis Dieter Roth, Robert Filliou et Roland Topor. Ces échanges qu'il entretient avec les artistes sont au coeur de son travail. Cet aspect essentiel de son oeuvre sera présenté grâce à la réédition d'un ensemble de 22 cartes postales intitulé Les monstres sont inoffensifs édité par Fluxus en 1967. Ici Daniel Spoerri, Robert Filliou et Roland Topor photographient, dessinent, assemblent. 40 ans après l'exposition inaugurale du Centre Pompidou en 1977, Crocodrome, où Tinguely invite Daniel Spoerri à présenter pour la première fois Le Musée Sentimental et La boutique aberrante, le visiteur pourra découvrir des oeuvres réalisées lors de ces 30 dernières années, encore jamais exposées en France. 40 ans après, cette exposition sera une occasion unique de montrer l'apport fondamental de Daniel Spoerri, qui a imprégné des courants artistiques, comme le Pop Art, Fluxus, Néo Dada... et démontrer que cette influence s'exerce toujours aujourd'hui. Nous remercions chaleureusement Daniel Spoerri et Barbara Räderscheidt. Daniel Spoerri est né le 27 mars 1930 à Galati en Roumanie. Son père est tué lors du pogrom de Lasi en juin 1941. Il se réfugie avec sa famille en Suisse en 1942. Il entame une carrière de danseur à Berne en 1954, il est premier danseur de l'Opéra de Vienne puis il devient assistant metteur en scène au Landestheater de Darmstadt de 1957 à 1959 où il crée la revue poétique d'avant-garde Matérial. Il réalise la même année ses premiers tableaux-pièges dont il explique ultérieurement le processus dans Une Topographie anecdotée du Hasard en 1962. Installé à Paris en 1960,il crée les éditions MAT (Multiplication d'Art Transformable) et publie des multiples (livres d'artiste, boîtes-objets,sculptures...) de Yaacov Agam, Josef Albers, Pol Bury, Marcel Duchamp, Heinz Mack, Dieter Roth, Jesús-Rafael Soto, Jean Tinguely, François Morellet, Victor Vasarely et bien d'autres. Proche de Tinguely depuis 1949 et d'Yves Klein, il signe la déclaration esthétique du nouveau réalisme. Ami avec Robert Filliou (1926-1987) depuis 1959, il se rapproche de George Brecht et George Maciunas, tous créateurs de Fluxus. Après avoir transformé la galerie J. en restaurant et les tables des repas consommés par des amis en oeuvre d'art, Spoerri ouvre un restaurant à Düsseldorf et la Eat-Art Gallery où il expose notamment Joseph Beuys, Nikki de Saint Phalle, Richard Lindner, Morellet et Topor. Aujourd'hui, Daniel Spoerri exploite le caractère magique de l'objet trouvé, réalisant des assemblages où se mêlent crânes d'animaux, instruments orthopédiques, hachoirs à viande, qui deviennent les idoles d'un art primitif inventé, se moquant des croyances et des conventions artistiques. Sur ce principe, il conçoit les Corps en morceaux au château de Oiron en 1993, parodie de trophées composées d'éléments d'armures, prothèses, masques africains, têtes de chevaux de bois... Spoerri ouvre une fondation en Toscane en 1997 qui présente un parc de sculptures. Daniel Spoerri sans titre, 2012 série Mosaïques années cinquante technique mixte diamètre 100 cm Galerie Anne Barrault 51, rue des Archives 75003 Paris M° Rambuteau, Hôtel de Ville France Phone : +33 (0)9 51 70 02 43 Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68 Mail : info@galerieannebarrault.com Internet Site : www.galerieannebarrault.com Keywords : Daniel Spoerri, Nouveau Réalisme, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 18:00:00]

 
 
Vernissage de Francisco Tropa "La moustache cachée dans la barbe"
 
 
Vernissage de Guillaume Linard-Osorio "Les Courants Parallèles"
 
 
Vernissage de James McNabb

Sat, 02 Sep 2017 16:00:00 du 2 au 24 septembre 2017 vernissage : samedi 2 septembre 2017 à 18h Exposées pour la première fois en France, les imposantes sculptures en bois de James McNabb explorent les possibilités illimitées du paysage urbain et notre relation avec celui-ci. Il nous invite à plonger dans les maquettes de villes qu'il représente en pleine transformation, rythmées par des forces circulaires et tourbillonnantes, lancées dans un mouvement qui s'étire vers l'infini, comme les possibilités qui semblent s'offrir à leurs habitants. Le travail de James McNabb invite le spectateur à se prendre au jeu d'imaginer sa propre ville. Il suscite l'imagination au travers de l'exploration quasi sociologique de la vie qui se bouscule, l'activité qui s'y presse, les rêves multiples que chacun peut y réaliser. Il lui propose de prendre du recul et pour cela s'assoir, méditer et contempler sa beauté figée. Le bois est la matière de prédilection de James McNabb, vivante par essence et qui se fige une fois traitée. Son travail long et minutieux explore les possibilités infinies qu'offrent la sculpture. Inscrit dans une démarche responsable, il utilise les chutes qu'il récupère dans le studio collaboratif où il a établi son atelier. Comme les villes rêvées et parfaites qu'il modélise, ses sculptures sont faites à partir d'un rien que représente aujourd'hui nos déchets. Artiste prometteur déniché par Magda Danysz, toujours en quête de talents émergents, James McNabb présente ici sa première exposition personnelle en France après un passage déjà remarqué en 2016 dans l'exposition de groupe Knock on Wood. Au fil de pièces inédites, il ouvre l'horizon de la galerie sur un voyage urbain, réfléxif et poétique. James McNabb a grandi dans le New Jersey. Enfant, il regardait face à lui les gratte-ciels de New York, ville magique et symbole de puissance à travers le monde, l'endroit où il voulait travailler et qui deviendra chez lui une fascination. Aujourd'hui sculpteur, James McNabb vit et travaille à Philadelphie. Ses oeuvres prennent des formes architecturales abstraites représentant des paysages urbains, à la croisée entre design, architecture et urbanisme. James McNabb est représenté par la Galerie Magda Danysz. Galerie Magda Danysz 78, rue Amelot 75011 Paris M° Saint-Sébastien - Froissart France Phone : +33 (0)1 45 83 38 51 Fax : +33 (0)1 45 83 38 51 Mail : magda@magda-gallery.com Internet Site : www.magda-gallery.com Keywords : James McNabb, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 18:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "Les couleurs tombées du ciel"
 
 
Vernissage de Mario D'Souza "If you want to hear, you have to listen"

Sat, 02 Sep 2017 16:00:00 03.09 - 08.10.2017 Vernissage le samedi 2 septembre à 18h Du 3 septembre au 8 octobre 2017, la Galerie municipale Jean-Collet à Vitry-sur-Seine présente une exposition personnelle de Mario D'Souza, intitulée If you want to hear, you have to listen / Si vous voulez entendre, essayez d'écouter. Celle-ci offre à voir une ?uvre plurielle, débordante et colorée, regroupant installations, dessins et assemblages de mobiliers récupérés et de tissus, dans un espace d'exposition transformé. La recherche d'équilibre entre temps présent et temps à découvrir et la quête de lignage de l'artiste constituent, avec une grande générosité, le fil conducteur de l'exposition. Mario D'Souza est un artiste qui vit et créé entre et avec deux cultures : indienne par ses origines (né à Bangalore en 1973), et française par son choix de vie (depuis 2001). Les liens d'origine, loin d'être coupés, sont au contraire régulièrement réactivés afin de nourrir sa singularité. Ses ?uvres sont le fruit d'un métissage assumé créant un aller-retour permanent d'une culture à une autre. Par ailleurs, ses « assemblages » et ses « permutations » d'objets d'origines diverses ne sont pas sans rappeler sa propre histoire. Son ?uvre se déploie sous la forme de sculptures, dessins et assemblages de divers matériaux avec un sens particulièrement aigu de la couleur. Résident en 2016-2017 du Mobilier national et de la manufacture des Gobelins à Paris, l'artiste nourrit son travail plastique de l'apprentissage des techniques des métiers d'art, à la croisée du beau et de l'utile. Cette hétérogénéité des matériaux (mousse, tuyaux, métal etc.) et des techniques utilisés permet la création d'objets étonnants et singuliers, métaphores de la « mécanique du vivant ». À travers la réactualisation d'objets usagés, Mario D'Souza invente une poésie qui lui est propre, offrant au spectateur des objets hybrides que l'on pourrait qualifier d'intemporels. Combinant aujourd'hui geste humain et concepts minimalistes, l'artiste tend à faire le lien avec le passé par un langage contemporain. Il souhaite mêler les différents moments, les différents temps d'un matériau, d'un objet, afin de proposer un résultat mystérieux et unique. Pour l'exposition If you want to hear, you have to listen / Si vous voulez entendre, essayez d'écouter, Mario D'Souza imagine une installation intime. Il y prolonge sa réflexion en décloisonnant symboliquement la surface de la galerie, brouillant par là même les frontières entre les espaces public et privé de création pour partager son univers à la fois « baroque » et conceptuel. Il se libère des carcans de l'espace, et fait déborder ses ?uvres de vie, au sens propre comme au figuré, afin d'offrir aux spectateurs des ?uvres « ouvertes » sur le monde et l'espace qui les entourent. La synthèse s'opère au milieu des murs « rabattus » au sol, de mobiliers évidés ou démantelés et de dessins. L'exposition devient réceptacle de mémoire, de croisements culturels entre les continents, et de circulation. Traversée de pans de tissus aériens, elle porte avec empathie les questionnements de l'artiste sur la réception de son ?uvre et sa relation au lieu et aux publics. En effet, pour Mario D'Souza, l'?uvre ne peut se concevoir sans le regard de l'autre. Elle se révèle une fois exposée, une fois partagée. Par cette démarche, l'artiste revalorise la notion d'altérité. À travers cette exposition, il compose son hymne à la vie et nous invite à la célébrer avec lui. Comme prolongement idéal de l'exposition, le catalogue, riche des contributions de Gunther Ludwig, historien de l'art, critique et commissaire et de Marc Bayard, conseiller au développement culturel et scientifique au Mobilier national, critique et historien de l'art, sera édité et offert par la Galerie municipale Jean-Collet. Il sera disponible sur simple demande en septembre. Galerie Municipale de Vitry Galerie Municipale Jean-Collet 59, avenue Guy-Môquet 94400 Vitry-sur-Seine M° RER C Vitry-sur-Seine France Phone : +33 (0)1 43 91 15 33 Mail : galerie.municipale@mairie-vitry94.fr Internet Site : galerie.mairie-vitry94.fr Keywords : Mario D'Souza, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 18:00:00]

 
 
Vernissage de Michael Jones McKean

Sat, 02 Sep 2017 16:00:00 Proxima Centauri b. Gleise 667 Cc. Kepler-442b. Kepler-452b. Wolf 1061c. Kepler-1229b. Kapteyn b. Kelper-62f. Kepler-186f. GJ 273b. TRAPPIST-1e. Du 2 au 26 septembre 2017 Une tong, une te?te, un pot, un scalp, un fossile, un re?gime de bananes, un ordinateur, une part de pizza, un abat-jour, une branche, une branche morte, un masque, une imprimante-scanner. Cet inventaire a? la Pre?vert ne contient qu'une infime partie des multiples objets qui peuplent l'e?cologie post-digitale de Michael Jones McKean. Qu'elles prennent la forme de collages (Tau Ceti e, 2015), d'installation a? l'e?chelle de la galerie (The Religion, 2013) ou a? celle du ba?timent (The Ground, 2017), les sculptures - puisque c'est le terme que revendique l'auteur - constituent autant de tentatives d'ordonnancement entre le vivant et l'inerte, l'humain et le non-humain, au sein desquelles chaque entite? se voit assigner une valeur ontologique e?quivalente. Les ?uvres du jeune artiste ame?ricain rendent compte d'un re?el dont la conscience humaine ne serait plus le seul de?terminant, mais qui, dans la ligne?e des the?ories de l'assemblage et de l'acteur-re?seau, serait un e?tat purement e?mergent, constamment rede?fini par la corre?lation des multiples agents qui le peuplent. The Garden, The Comedy, The Folklore, The Yucca Mountain, The Religion : qu'elles de?crivent de grandes constructions symboliques et politiques humaines, des re?alite?s ge?ographiques ou temporelles, les sculptures tissent des re?seaux denses, non line?aires et non hie?rarchiques, en son sein et au-dela?. La majorite? des objets conserve une autonomie physique, et il appartient alors au regardeur - lui-me?me agent parmi les autres - de qualifier la nature des relations a? l'?uvre. Mais, parfois, la contagion prend corps. Ici, une branche sort de son caisson pour s'hybrider avec la plante en pot du caisson adjacent ; la?, une alchimie e?trange transmute une canalisation en rameau, en passant par l'e?tat interme?diaire d'un profile? issu d'une machine a? de?coupe laser ; la? encore, ce sont les objets he?te?roclites de la composition qui sont noye?s dans une e?paisse couche de poussie?re, une me?me valeur grise unifiant le tout. Le jardin ou le folklore... chacun de ces assemblages se trouve par ailleurs re?ifie? par l'article de?fini qui en pre?ce?de le nom. Ils ne seraient que des re?alite?s contingentes au sein du re?seau plus e?tendu qu'est le monde, elles-me?mes capables de se brancher entre elles et de s'hybrider. Le monde que nous donne a? voir McKean est profonde?ment complexe ; et, pourtant, il s'en de?gage une forme d'e?trange simplicite?. La pre?e?minence de la donne?e dans notre monde post-digitale rend aujourd'hui valable cette « utopie de la quantite? » de?crite par Archizoom de?s la fin des anne?es 1960. Sur cette grille uniforme que les radicaux italiens imaginaient englobante, et qui revient chez McKean sous la forme des panneaux solaires formant le fond de ses collages, tout n'est qu'information. Tout - humain et non-humain, objet ou comportement social - peut y e?tre abstrait dans un format quantifiable, mesurable, computable. Mais la nature discre?te du nume?rique ne nous est sensible que lorsqu'elle s'analogise, qu'elle re?inte?gre notre monde sensible en se mate?rialisant. De la?, la persistance de la sculpture chez McKean, ce medium qui pourrait sembler anachronique en ce qu'il e?voque pesanteur et dure?e, mais qui nous arrache a? l'abstraction ge?ne?ralise?e de la donne?e pour nous replonger dans une mate?rialite? portant la trace du geste de l'artiste, de son labeur pre?cis et patient. Les compositions me?langent ready-made et re?pliques re?alise?es artisanalement, en papier ma?che?, en bois, en silicone. Les objets s'organisent dans l'espace de la galerie ou, le plus souvent, dans des caissons lumineux aux couleurs pastel qui encadrent et limitent les syste?mes relationnels propre a? chaque « e?cologie ». Cette structure close est ce qui, paradoxalement, restitue la sculpture comme telle, lui confe?re une dimension unifie?e et la rame?ne, dans un me?me geste, a? une forme de plane?ite?. Le volume se confond de?s lors avec l'image, la pe?rennite? du sculptural avec la furtivite? du nume?rique, l'espace avec l'e?cran. Les ?uvres de McKean amalgament ainsi des re?gimes spatiaux, autant que temporels, diffe?rents. Elles laissent entrevoir la possibilite? d'autres origines pour notre contemporane?ite? post-digitale, e?voquant un temps ancestral qui e?chapperait a? notre chronologie humaine. Cette persistance de l'archai?que est sensible dans la re?currence des fossiles, des pierres, des ossements, ou dans cette pre?sence quasi mythologique d'arcs-en-ciel simule?s a? partir d'eau de pluie et de me?te?orites (Certain Principles of Light and Shapes Between Forms, 2012). Dans la ligne?e d'Agamben, qui indexe le contemporain a? l'archai?que, l'artiste se fait alors arche?ologue, non pas a? la recherche d'un passe? re?volu, mais pour explorer les forces souterraines agissant dans notre condition contemporaine. Entre re?alisme nai?f et images agissantes, le mate?rialisme spe?culatif de McKean nous livre une vision non de ce qui a e?te?, ou de ce qui sera, mais de ce qui aurait pu e?tre, un temps possible. Emmanuelle Chiappone-Piriou http://www.michaeljonesmckean.com Galerie Escougnou-Cetraro anciennement Galerie See studio 7, rue Saint-Claude 75003 Paris M° Saint-Sébastien - Froissart France Phone : +33 (0)1 48 87 52 93 Mail : galerie@escougnou-cetraro.fr Internet Site : www.escougnou-cetraro.fr Keywords : Michael Jones McKean, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-02 18:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "Les bons sentiments"

Mon, 04 Sep 2017 16:30:00 «Les bons sentiments», 19e PRIX FONDATION D'ENTREPRISE RICARD Du lundi 4 septembre 2017 au samedi 28 octobre 2017 Vernissage le lundi 4 septembre 2017 Une proposition de Anne-Claire Schmitz Artistes : Deborah Bowmann, Pauline Curnier Jardin, Lola Gonzàlez, Thomas Jeppe, Caroline Mesquita, Zin Taylor Deborah Bowmann (Amaury Daurel, né en 1990 à Bordeaux, vit à Bruxelles et Victor Delestre, né en 1989 à Bordeaux, vit à Bruxelles) Au croisement d'un espace d'exposition et d'une identité artistique, Deborah Bowmann est un projet initié par les artistes français Amaury Daurel et Victor Delestre. Ils se sont rencontrés à l'école des Beaux-Arts de Bordeaux et ont complété leurs cursus avec des Masters chacun de leur côté : Amaury à la Glasglow School of Art et Victor au Dirty Art à Amsterdam où il a ouvert un squat avec d'autres étudiants. Amaury a rejoint Amsterdam en 2014 et c'est dans ce lieu que Deborah Bowmann a vu le jour. Il s'agit pour ces deux artistes de penser le magasin comme un contexte d'exposition original, mais aussi comme un médium - un espace, une idéologie et une économie à modeler tel un matériau. Deborah Bowmann se développe en collaboration avec artistes et designers de différentes générations et présente ainsi des expositions qui se laissent envisager comme de véritables installations. Les formes et les objets présentés sont toujours dans une hésitation, un bégaiement entre fonction et décoration, sculpture et design. Entre parodie sérieuse et mise en ?uvre d'un modèle économique autonome, les deux artistes s'approprient et fusionnent les espaces de la galerie d'art et de la corporation, à la croisée de l'artist run space et du grand magasin. (Source : Quotidien de l'art - mercredi 6 janvier 2016. Édition N°974 - 9 pages) Plus d'informations : http://www.deborahbowmann.com/ et http://lechassis.fr/deborah-bowmann/ Pauline Curnier Jardin (née en 1980 à Marseille, vit à Amsterdam) Pauline Curnier Jardin grandit à Marseille. Elle étudie à Paris jusqu'en 2006 (à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris ainsi qu'à l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Cergy) et depuis performe et expose ce travail de conteuse cinéaste en France et en Europe (Musée d'Art Moderne de la ville de Paris, Palais de Tokyo, ZKM de Karlsruhe, Université de Guangzhou, Fondation Cartier...). Elle a participé en tant que performeuse ou artiste visuelle à plusieurs projets de spectacle vivant (Grand Magasin, Bettina Atala, Antonia Baehr). Elle a collaboré également avec Catriona Shaw avec qui elle fonde le groupe She-Romps en 2007, et Alice Sabatier dans le duo Vercors et Dakota. Elle est Capitaine dans les « Vraoums », un all-female variety show, un cabaret dada-drag, son rendez-vous de coiffeuses depuis 2006. Elle a récemment été commissionnée pour la dernière biennale Performa 15 - NY et est actuellement résidente à la Rijksakademie van beeldende kunsten. Le travail de Pauline Curnier Jardin se projette dans une ?uvre d'art totale, et réfléchit à l'invention d'un univers démocratiquement peuplé par des objets non fonctionnels, des animaux, des végétaux, des hommes, des monstres et des femmes. À partir d'une recherche sur sujet existant, réel ou immatériel qu'il soit un sentiment (la solitude), un personnage historique ou mythologique (Jeanne d'Arc, Bernadette Soubirous, Demeter), un lieu ou un contexte (la centrale nucléaire, le cirque, la Renaissance) ou un objet (la grotte, la guerre, la mare) elle écrit des histoires entières, complexes, et qui ont la volonté d'expliquer par un aménagement symbolique ou allégorique, à l'instar d'une épopée, un sujet fondamental (l'humain, le langage, l'amour, la mort). Chacune de ces histoires s'étend sur différents médiums, dessin, photo, film, chansons, performance et installation ; le cinéma et le théâtre stimulant ce travail avant tout. Elle est représentée par la galerie Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam. (source : paulinecurnierjardin.net) Plus d'informations : http://www.paulinecurnierjardin.net/ Lola Gonzalez (née en 1988 à Angoulême, vit à Paris) Née à Angoulême, Lola Gonzàlez vit entre la Bretagne et Paris. Elle travaille de manière à la fois contrôlée et spontanée. Lola Gonzàlez expérimente toutes les situations et utilise admirablement l'improvisation. Ses vidéos et performances font se croiser des univers qui sont autant des gestes du quotidien que des réflexions sur le sens de la vie. Son ?uvre reflète la profonde complicité qu'elle entretient avec ses acteurs qui sont aussi ses amis, les membres de sa famille. Tous, ils forment une bande qui joue les drames, les effrois et les joies des choses de la vie. Diplômée des Beaux-Arts de Lyon en 2012, son travail a été récemment exposé à l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne (FR) dans le cadre de la Biennale de Lyon, au Kunstverein Sparkasse, Leipzig (DE), au Centre Pompidou (Festival Hors-Pistes), au Salon de Montrouge (FR), chez Treize, Paris, à La Galerie, centre d'art contemporain de Noisy-le-sec (FR), au Palais de Tokyo, Paris, au Plateau - FRAC Île de France, au Salon de Montrouge et au Magasin, Grenoble (FR). Elle est lauréate du Prix Meurice pour l'art contemporain 2016, et est représentée par la galerie Marcelle Alix, Paris. Plus d'informations : http://www.lola-gonzalez.com/ Thomas Jeppe (né en 1984 à Perth - Australie, vit à Paris) Thomas Jeppe, né en 1984 en Australie, est diplômé du Victorian College of Arts en arts visuels et de l'Université de Melbourne en Cultural Studies. À travers la peinture, la sculpture et l'édition, le travail de Thomas Jeppe s'intéresse à l'histoire sociale des productions culturelles. Sa pratique convoque souvent des communautés et des esthétiques vernaculaires, comme un geste envers une reconfiguration des interactions et des tentatives échouées pour formaliser une position théorique. La recherche et la reconstruction forment une grande partie de son travail, et alors qu'un fil conducteur critique y est toujours présent, chaque pièce est réglée selon une devise malléable chargée d'énergie, de curiosité et de propositions hyperboliques. Ses récentes expositions comprennent : Asian Aquiline, Sketch London (2014); Lost in Connotation, Conradi Hamburg (2014); Picture Movement, Utopian Slumps Melbourne (2014); Chateau Plais, The Duck Berlin (2014); Canary Comfortable, Die Diele Zurich (2014); Compass Trouble, Curro & Poncho Guadalajara (2014); Abstract Journalism, 032c Workshop Berlin (2014); Spring Revue, Utopian Slumps Melbourne (2014); Driving Fast Nowhere, Polansky Prague (2013); Primavera, Museum of Contemporary Art Sydney (2013); Wet on Wet, Weingrüll Karlsruhe (2013). Après une résidence à la Cité Internationale des Arts de Paris en 2016, Thomas Jeppe est actuellement en résidence au DOC à Paris (espace de production artistique situé dans le quartier de Belleville). (Source : sazmanab.org/) Plus d'informations : www.thomasjeppe.com Caroline Mesquita (née en 1989 à Brest, vit à Paris) Caroline Mesquita explore la vitalité et la complexité du comportement de groupe dans la plupart de ses installations sculpturales et travaux. La matière première fournit l'étincelle qui anime son engagement narratif avec des notions de religion, d'incarnation, de transformation, de sensualité et de sociabilité. Les travaux de Mesquita sont sombres, patinés et grossièrement texturés par un processus d'oxydation. Avec cette technique, Mesquita manipule le métal comme une forme de peinture. Ce qui était autrefois brillant, réfléchissant et brillant, est coupé, broyé, soudé, fondu et oxydé pour en révéler l'intérieur. Ces transformations matérielles fournissent un cadre pour une narration sur l'expérience humaine et les relations entre individus. Elle a été diplômée de l'École Nationale des Beaux-Arts de Paris en 2013, et a étudié à la Mountain School of Arts à Los Angeles au printemps 2014. Ses récentes expositions personnelles se sont tenues à la Kunstverein Langenhagen, Allemagne ; Jupiter Artland, Edinburgh, Ecosse ; Les Bains-Douches, Alençon, France, 2014, et 1m3 à Lausanne, Suisse, 2013. Son travail a également été inclus dans diverses expositions de groupe, notamment Europe Europe à Astrup Fearnley Museet, Oslo, Norvège, 2014 ; The Space Between Us, Fahrenheit, Los Angeles, 2014 ; Memory Palaces à Carlier-Gebauer, Berlin, 2014 ; La Vie Mate?rielle, 15e?me Prix Fondation d'entreprise Ricard, Paris, 2013 ; et Rob Pruitt's Flea Market à La Monnaie de Paris, Paris, 2012. Elle est représentée par les galeries Carlier Gebauer, Berlin et Union Pacific, Londres. (Source : carliergebauer.com) Plus d'informations : www.carolinemesquita.net Zin Taylor (né en 1978 à Calgary - Canada, vit à Paris) Zin Taylor s'est fait connaître pour ses installations intégrant performance, sculpture, dessins, ?uvres imprimées et vidéo. Son travail se développe essentiellement sur un mode narratif, sous la forme d'histoires qui empruntent autant à la culture populaire (en particulier aux scènes musicales underground) qu'à l'art contemporain. Partageant une fascination pour le langage avec de nombreux artistes de sa génération, Taylor examine les liens entre le mot et l'image à travers des publications ou des livres d'artiste qu'il publie généralement pour accompagner ses expositions. Il a obtenu son baccalauréat en Beaux-Arts à l'Alberta College of Art and Design en 2000. Il est aussi diplômé d'une maîtrise en Art de l'Université de Guelph. L'artiste a été résident de la Cité Internationale des Arts de Paris. Jusqu'à la fin du mois de juin, il présente un projet dans La Vitrine de l'antenne du plateau à Paris (l'espace culturel et pédagogique du FRAC Ile-de-France), intitulé A dove on the beach: a piece of cloth to relax upon is a void to stage your thoughts. Il est représenté par la galerie Supportico Lopez, Berlin. Plus d'informations : www.zintaylor.com Fondation d'entreprise Ricard 12, rue Boissy d'Anglas 75008 Paris M° Concorde France Phone : +33 (0)1 53 30 88 00 Fax : +33 (0)1 40 06 90 78 Internet Site : www.fondation-entreprise-ricard.com Keywords : Anne-Claire Schmitz, Deborah Bowmann, Pauline Curnier Jardin, Lola Gonzàlez, Thomas Jeppe, Caroline Mesquita, Zin Taylor, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-04 18:30:00]

 
 
3ème édition de l'Université d'été Hexatrust

Tue, 05 Sep 2017 11:30:00 L'Université d'HEXATRUST 2017 est l'événement de la rentrée estivale pour les professionnels de la Cybersécurité, du Cloud de Confiance et de la Confiance Numérique. L'#UEHT2017 c'est un cycle de conférences dédiées à des thématiques d'actualité, ouvertes aux experts du domaine L'#UEHT2017 c'est également le baromètre de la filière : l'évènement permet aux participants de reprendre leurs activités avec, en tête, les enjeux du secteur d'aujourd'hui et de demain. L'#UEHT2017, c'est enfin l'occasion de développer votre réseau dans un cadre convivial et agréable #UEHT2017 Programme Keynote d'introduction Guillaume Poupard - DG, ANSSI Table Ronde IoT - Cloud & Blockchain Challenges & solutions technologiques Comment associer Cloud de Confiance, protection de la donnée, security by design et Intelligence Artificielle pour porter les enjeux de l'IoT ? Keynote Cryptographie post-quantique Ordinateur quantique & cybersécurité : menaces ou opportunités ? Les outils de cryptographie post-quantiques Table Ronde Europe & International : entre collaboration et souveraineté Regards croisés France-Allemagne Bilan stratégique & perspectives de la transformation numérique Lutte contre la cybercriminalité & coopération Table Ronde Cybersécurité & Stratégie Cocktail de clôture Inscription >> RSVP Pavillon Royal Route de Suresnes croisement avec la route de la Muette à Neuilly Bois de Boulogne 75016 Paris M° Porte Dauphine France Phone : +33 (0)1 45 00 51 00 Fax : +33 (0)1 45 00 31 24 Mail : contact@pavillon-royal.fr Internet Site : www.pavillon-royal.fr Keywords : Hexatrust, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-05 13:30:00]

 
 
Vernissage d'Arnaud Boisramé "Masterpiece 4"
 
 
Vernissage de Candice Lin "un corps blanc exquis"

Tue, 05 Sep 2017 16:00:00 Du 6 septembre au 23 décembre 2017 Vernissage le 5 septembre de 18h à 21h Commissariat : Lotte Arndt et Lucas Morin Avec Un corps blanc exquis (A Hard White Body), les espaces de Bétonsalon sont infestés par Candice Lin. Elle y déploie une installation proliférante, vivante, liquide et odorante, formée d'une chambre fragile faite de terre non-cuite, maintenue humide. L'exposition examine les déplacements des corps - humains ou non - surgissant à travers les histoires de la porcelaine, des plantes et des personnes. Candice Lin y met en relation les trajectoires de l'auteur africain-américain James Baldwin durant son séjour à Paris dans les années 1950 avec celle de Jeanne Baret, la première femme à avoir réalisé le tour du monde au cours de l'expédition de Bougainville entre 1766 et 1769. Un corps blanc exquis pose la question de la fixité des identités et interroge la porosité des intersections entre race, genre, classe et sexualité en ce qu'ils façonnent la survie, le secret et la honte. L'exposition met en place des processus de contamination entre matériaux organiques et inorganiques, créant des sculptures et des écosystèmes instables qui demandent un entretien constant. Candice Lin choisit la porcelaine comme matériau, mettant en lumière l'histoire de l'exotisme et du commerce global, celle de la science et de la virologie, et soulevant la question d'un langage racialisé : la porcelaine évoque la pureté, la blancheur et la résistance à la souillure. Se basant sur l'affect et le désir, sur l'attraction ou la répulsion causées par certaines odeurs et textures, Candice Lin cherche à déstabiliser les hiérarchies établies entre les corps, les matières et les savoirs. Un corps blanc exquis est produit en collaboration avec Portikus, à Francfort-sur-le-Main. L'exposition est accompagnée d'une série de journées d'études conçues par Lotte Arndt, en collaboration avec Temporary Gallery, Cologne, et reçoit le soutien du fonds franco-allemand pour l'art contemporain et l'architecture Perspektive. L'exposition et ses programmes publics sont conçus en conjonction avec la célébration des trente ans de la disparition de James Baldwin (1924-1987). À propos de Candice Lin Candice Lin est titulaire d'un MFA en Nouveaux Genres du San Francisco Art Institute et d'un double BA en Arts visuels et Sémiotiques de l'art de la Brown University. Son travail interroge les notions de genre, race et sexualité, se fondant sur les théories scientifiques, l'anthropologie et les théories queer. Le travail de Candice Lin a récemment été exposé à Los Angeles Contemporary Exhibitions, LAXART, Kadist Art Foundation à Paris, la Delfina Foundation à Londres, et Akuna Zentroa/Alhondiga Bilbao, Espagne dont de récentes expositions personnelles à Gasworks (Londres) et Commonwealth and Council (Los Angeles). Elle est représentée par la Ghebaly Gallery à Los Angeles et Quadrado Azul à Porto. Elle vit et travaille à Los Angeles. Candice Lin, Chaussette (maquette pour Un corps blanc et exquis), porcelaine, 2017. Courtesy de l'artiste Bétonsalon Centre d'art et de recherche 47, quai Panhard et Levassor Esplanade des Grands Moulins - Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines 9, esplanade Pierre Vidal-Naquet - BP 90415 75626 Paris Cedex 13 M° Bibliothèque François Mitterrand France Phone : +33 (0)1 45 84 17 56 Fax : +33 (0)1 45 84 17 56 Mail : info@betonsalon.net Internet Site : www.betonsalon.net Keywords : Candice Lin, Lotte Arndt, Lucas Morin, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-05 18:00:00]

 
 
Inauguration des 22èmes Rencontres interculturelles du 10ème
 
 
Vernissage de l'exposition "AD Intérieurs - l'Art de la Matière"

Tue, 05 Sep 2017 17:00:00 6 au 20 septembre - de 11h à 19h La Monnaie de Paris accueillera du 6 au 20 septembre la huitième édition d'AD Intérieurs. 10 décorateurs mettront en scène ?uvres d'art, objets précieux et curiosités dans un espace à vivre. Lancée en 2010 à l'occasion des 10 ans du magazine, la manifestation AD Intérieurs célèbre le travail des architectes d'intérieur. Depuis, chaque année, en septembre, une dizaine de talents sélectionnés par la rédaction mettent chacun en scène une pièce à vivre (salon, cuisine, chambre, etc.) illustrant leur savoir-faire autant que leur style. S'entourant des meilleurs artisans (peintres, tapissiers, fresquistes...), ils célèbrent la haute décoration. En peu de temps, l'exposition AD Intérieurs s'est imposée comme l'un des grands rendez-vous culturels de la rentrée parisienne. Fort du succès des précédentes éditions, le magazine AD poursuit l'aventure cette année à la Monnaie de Paris, autour d'une nouvelle thématique : « L'art et la matière ». Les talents invités par le magazine AD cette année sont Elliott Barnes, Maurizio Galante et Tal Lancman, RDAI, Mathieu Lehanneur, Thomas Boog, Gert Voorjans, Isabelle Stanislas, Oitoempnto, Rodolphe Parente, Suduca et Mérillou. La Monnaie de Paris 11, quai de Conti 75006 Paris M° Saint-Michel, Odéon, Pont Neuf, Louvre - Rivoli France Phone : +33 (0)1 40 46 56 66 Fax : +33 (0)1 40 46 57 00 Mail : musee@monnaiedeparis.fr Internet Site : www.monnaiedeparis.fr Keywords : party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-05 19:00:00]

 
 
Vernissage d'Adrià Fruitos "En Presse"

Wed, 06 Sep 2017 16:30:00 Exposition-Retrospective des dessins de presse d'Adrià FRUITOS du 06 au 23 septembre. « Des idées toujours intelligentes, des réalisations rapides et efficaces, un sens du graphisme puissant et une parfaite maîtrise des équilibres chromatiques. Avec les illustrations d'Adrià, on sait que le lecteur s'arrêtera sur la page. » - Christelle Laffitte. Directrice Artistique, Le Monde. Adrià Fruitos fait partie de la relève des dessinateurs presse, et il est l'un des plus talentueux de sa génération. 33 ans, installé à Strasbourg depuis une dizaine d'années, il travaille pour la presse nationale et internationale. Ses clients sont The New York Times, Le Monde, Libération, Revue XXI, The Daily Telegraph.... Ses images sont fortes et belles, d'une lecture rapide et d'une efficacité redoutable. Des symboles forts, beaucoup d'humour et une palette de couleurs très contrastée sont la signature de cet artiste à l'esthétique graphique immédiatement identifiable. Pour l'exposition «En Presse» l'illustrateur barcelonais Adria Fruitos présente une cinquantaine d'illustrations issues pour la plupart de commandes de journaux et revues. Ces images accompagnent des articles traitant de l'actualité politique, économique et sociale française mais aussi internationale. A travers cette sélection Adrià Fruitos vous présente la grande diversité des thèmes qu'il a abordé ces dix dernières années : de l'élection de Trump aux Panama Papers en passant par l'interdiction du burkini sur certaines plages françaises. "Haïku pour un dessinateur puncheur : 1- Dans la vie, il y a ceux qui illustrent et ceux qui creusent. Et lui, il creuse. 2- Avoir côtoyé en une seule vie des baleines, des flics homos, des chanteuses de la Nouvelle-Orléans, une justicière à Bombay ou encore Donald Trump est le signe d'une grande ouverture sur le monde. Ou d'une profonde schizophrénie. 3- Il s'appelle Adrià Fruitos, et c'est même pas un pseudo." - Romain Sublon. Rédacteur en chef de Cut la Revue. "Pour moi le travail avec Adrià Fruitos est une recherche de rebond. Je lance ma demande avec les infos et hop il prend la balle au bond et il transforme cela en une belle image.C'est de l'énergie qui se transforme et s'enrichit de couleurs, de fantaisie, de beauté...Pour nos collaborations avec l'Obs il a su trouver avec patience, subtilité et un très grand intérêt pour tous les sujets une très belle mise en image." - Catherine Beaudoin. Directrice Artistique, Le Nouvel Obs. "Des idées toujours intelligentes, des réalisations rapides et efficaces, un sens du graphisme puissant et une parfaite maîtrise des équilibres chromatiques. Avec les illustrations d'Adrià, on sait que le lecteur s'arrêtera sur la page." - Christelle Laffitte. Directrice Artistique, Le Monde. Slow Galerie 5, rue Jean-Pierre Timbaud 141, rue Amelot 75011 Paris M° Filles du Calvaire, Oberkampf, République France Phone : +33 (0)1 43 55 44 68 Mail : contact@slowgalerie.com Internet Site : www.slowgalerie.com Keywords : Adrià Fruitos, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-06 18:30:00]

 
 
Lancement de "Francis est papa"

Wed, 06 Sep 2017 17:00:00 Mercredi 6 septembre à partir de 19h, on fête Francis est papa publié aux éditions Cornelius avec Claire & Jake et la Compagnie Victor B. Après avoir été malade, raté sa vie, sauvé le monde et cherché l'amour, Francis revient pour affronter une nouvelle épreuve : la paternité ! Longtemps attendu et réclamé par les fans, le tome 7 des aventures de Francis, le blaireau farceur, arrive enfin ! Mais pour ceux qui n'auraient pas encore la chance de le connaître, qui est cet animal et à quoi occupe-t-il son existence champêtre ? Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, se promène dans la campagne. Parfois cherchant l'amour. Parfois sauvant le monde. De temps à autre, il veut mourir. Souvent, il rate sa vie où attrape des maladies. Ses différentes tribulations sont toutes réunies dans cette série instructive, qui a vu ses adeptes se multiplier comme des hamsters. Aujourd'hui, Francis revient pour affronter une nouvelle facette de son existence : la paternité. Déjà un classique, l'animal est né dans les pages de l'obscure Sbrödj Review. Son destin, forcément farceur, a rencontré très tôt celui de la collection Delphine. Et bien lui en a pris. Rassemblant aujourd'hui une véritable communauté de lecteurs qui suivent avec délectations toutes ses cocasses mésaventures (aussi bien entre les pages de Fluide Glacial que dans les albums publiés chez Cornélius) Francis est devenu un personnage inévitable des campagnes françaises, bondissant depuis plus de 20 ans à travers champs alors que ses auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux... Le Monte-en-l'air 71, rue de Ménilmontant 2, rue de la Mare 75020 Paris M° Ménilmontant, Gambetta France Phone : +33 (0)1 40 33 04 54 Mail : lemontenlair@free.fr Internet Site : montenlair.wordpress.com Keywords : party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-06 19:00:00]

 
 
Vernissage de l'exposition "IN MEMORIAM - HOMMAGE À BERNARD AUBERTIN"
 
 
Vernissage de Jennifer Caubet "POINT OMÉGA"

Thu, 07 Sep 2017 14:00:00 vernissage jeudi 07 septembre 2017 - 16-21h exposition du 08 septembre au 14 octobre du lundi au samedi de 14h30 à 18h30 Le désert n'est pas vide. Écosystème traversé de forces géologiques et de flux énergétiques, espace de projection et de création de modes de vie alternatifs, ce territoire peut aussi être colonisé par des machines et des dispositifs invasifs. C'est du moins le cas du désert californien Mojave, lieu de bases militaires, de stockages de déchets nucléaires, de gigantesques centrales solaires mais également de différentes contre-cultures. Pendant un mois, Jennifer Caubet l'a exploré pour en extraire des lignes de déploiement spatial, réelles et mentales, ensuite matérialisées sous formes de cartographies et de sculptures à la fois concrètes et abstraites. Autant de tentatives d'emprise sur un espace a priori insaisissable, chargées d'un potentiel fictionnel, où l'utopie rejoint la dystopie. « Point Oméga » est le nom de cette rencontre paradoxale. Sarah Ihler-Meyer Jousse Entreprise - Art Contemporain 6, rue Saint-Claude 75003 Paris M° Saint-Sébastien - Froissart France Phone : +33 (0)1 53 82 10 18 Fax : +33 (0)1 53 82 13 63 Mail : art@jousse-entreprise.com Internet Site : www.jousse-entreprise.com Keywords : Jennifer Caubet, Sarah Ihler-Meyer, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-07 16:00:00]

 
 
Vernissage d'Alain Moreau et Marie-Pierre Germain-Fortini "Inattendu insulaire"

Thu, 07 Sep 2017 15:00:00 Du jeudi 7 septembre au lundi 18 septembre 2017 tous les jours de 11h à 19h Vernissage : jeudi 7 septembre 2017 de 17h à 19h L'exposition propose entre la sculptrice Marie-Pierre Germain-Fortini et le peintre Alain Moreau, une description réaliste et imaginaire, ouverte sur un ailleurs chaque fois inattendu. Leur île, « la Corse » n'a pas fini d'exciter leurs curiosités à la poursuite de leurs propres rêves. Marie-Pierre a commencé la sculpture aux Ateliers du Musée des Arts Décoratifs à Paris. Elle travaille régulièrement en Italie dans son atelier à Pietrasanta, près de Carrare où elle achète son marbre. Au départ, son inspiration se portait sur des thèmes forts de société, la violence, l'enfermement, la place de la femme ; son ?uvre posait alors la question du sens et de la condition humaine. Progressivement, elle est venue sur une ?uvre sculpturale plus poétique tournée vers la nature et ses éléments, notamment la mer et le corail. Son travail inspiré de la mythologie antique est influencé par la grande spiritualité émanant de son île. Je me découvre une passion pour la nature sauvage de l'île. Après de nombreuses études picturales, j'explore aujourd'hui une thématique instantanée sur le hasard des effets de la mer. Au cours des voyages chahutés par les vents et marées, je redonne vie à cette nature en une résonance et une force, construisant ainsi une image concentrée et intense de la réalité. Une interprétation ponctuelle et éphémère, transposant une vision réelle en une expression irréelle et spontanée. Je réalise une ?uvre généreuse où la matière, nourrie la toile et prend toute son importance. Une quête inépuisable de l'inconnu dont je prends à c?ur le besoin de saisir la délicatesse et la fragilité du monde qui nous entoure. Contact : Alain Moreau : al.moreau@cegetel.net - 06 86 13 55 07 Marie-Pierre Germain-Fortini : villaelisabeth@hotmail.fr - 06 20 26 81 80 Orangerie du Sénat Orangerie du Jardin du Luxembourg 19 bis, rue de Vaugirard Jardin du Luxembourg Accès porte Férou 75006 Paris M° RER B Luxembourg, Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon, Odéon France Phone : +33 (0)1 42 64 33 99 Internet Site : www.senat.fr Keywords : Marie-Pierre Germain-Fortini, Alain Moreau, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-07 17:00:00]

 
 
Vernissage d'Alexandra Bircken "STRETCH"

Thu, 07 Sep 2017 15:00:00 du 8 septembre au 17 décembre 2017 vernissage jeudi 7 septembre de 17h à 21h « La peau est notre plus grand organe et aussi ce que nous voyons quand nous nous regardons. Ce que nous avons de plus profond, c'est la peau. Notre vulnérabilité s'y dessine. La douleur. Notre peau participe à chacun de nos mouvements. S-T-R-E-T-C-H. Toute une vie durant. Imaginez. À chaque mot, nos lèvres s'étirent. Nous avons l'habitude de percevoir nos corps et les objets comme un tout, avec une couche, une housse. Et le choc n'est pas loin quand ce revêtement qui protège, habille, cache et représente est absent ou coupé en deux et se révèle. C'est drôle, non ? Je m'intéresse à la structure, à la nature, à la fonction qui devient alors visible. Qui recèle une vérité. Une authenticité. Quand on fait une incision dans la peau, on peut la recoudre. Le corps guérit et fonctionne de nouveau. Mais il reste une cicatrice qui rappellera la blessure pour toujours. Le corps est alors autre. Je suis autre. » Alexandra Bircken (née en 1967 à Cologne) met au coeur de sa pratique sculpturale le corps et ses enveloppes. Formée au stylisme au St. Martins College à Londres, elle coupe, sépare, détache, déchire et démembre autant qu'elle coud, tisse, tricote et assemble. Dans le corpus d'oeuvres présentées, l'apparente fragilité de matériaux doux et transparents - laine, nylon, cheveux - côtoie la permanence et la résistance du bronze et de l'acier. Les moulages d'organes féminins comme les combinaisons accidentées de motards se transforment en fragments de corps autonomes. Archétypes de la puissance, les motos et les armes à feu sont sculptées et sectionnées, désactivant et revalorisant leurs iconiques performances. Première exposition personnelle d'Alexandra Bircken en France, STRETCH a été conçue conjointement par le Kunstverein de Hanovre (dir. Kathleen Rahn / 1.10-27.11.2016), le Museum Abteiberg, Mönchengladbach (dir. Susanne Titz / 26.03-25.06.2017) et le Crédac (dir. Claire Le Restif). Elle reçoit le soutien de l'IFA. >>-> Catalogue * Alexandra Bircken, STRETCH - Textes (FR, EN, DE) : Alexandra Bircken, Thomas Brinkmann, Claire Le Restif, Kathleen Rahn, Michael Stoeber, Susanne Titz, Friedrich Wolfram Heubach - Graphisme : Yvonne Quirmbach - 24 x 32 cm / 144 p. - 20 ? Édition : Walther König, Cologne En partenariat avec le Kunstverein, Hanovre, le Museum Abteiberg, Mönchengladbach et le Crédac, Ivry-sur-Seine. Alexandra Bircken est née en 1967 à Cologne en Allemagne, où elle vit et travaille. Elle commence à exposer en 2004 au shop Alex à Cologne. Formée au stylisme au St. Martins College à Londres, elle y enseigne plusieurs années, et s'y fait un nom avec sa marque Faridi (avec Alexander Faridi). Parmi ses expositions personnelles récentes : Parallelgesellschaften, au K21 Ständehaus, Düsseldorf (jusqu'au 03.12.2017) ; Tramway, Glasgow International, Glasgow (2016) ; Alexandra Bircken, Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam (2014) ; ESKALATION, The Hepworth Wakefield, Wakefield (2014). Elle est représentée par les galeries Herald St., Londres et BQ, Berlin. Alexandra Bircken, Janus, 2016 Collage numérique : Mur de briques et Janus Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac La Manufacture des ?illets 25-29, rue Raspail 1, place Pierre Gosnat 94200 Ivry-sur-Seine M° Mairie d'Ivry France Phone : +33 (0)1 49 60 25 06 Fax : +33 (0)1 49 60 25 07 Mail : contact@credac.fr Internet Site : www.credac.fr Keywords : Alexandra Bircken, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-07 17:00:00]

 
 
Vernissage d'Hugues Reip "Phantasmata"

Thu, 07 Sep 2017 15:00:00 Hugues Reip, Phantasmata Sélection de films, 1995-2017 ; en boucle Du 7 septembre au 29 octobre 2017 Depuis le début des années 1990, Hugues Reip (né en 1964) développe une ?uvre prolixe traversée par un imaginaire « archéomoderniste ». Ses vide?os, sculptures, installations élémentaires et découpages forment des tableaux oniriques tantôt enfantins tantôt Rock 'n' roll. Certains procédés techniques et formels hérités des origines du cinéma (Méliès, Keaton) et des avant gardes artistiques du XXe siècle (Fischinger, Kandinsky) mêlés à des artifices bricolés, donnent naissance à ses expériences filmiques, souvent de très courte durée. Jeudi 5 octobre à 19h Projection suivie d'une rencontre avec Hugues Reip Hugues Reip, Fantaisie, 2008. Photogramme Film d'animation réalisé avec des dessins de Georges Méliès (c) Hugues Reip / ADAGP Paris, 2017 Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac La Manufacture des ?illets 25-29, rue Raspail 1, place Pierre Gosnat 94200 Ivry-sur-Seine M° Mairie d'Ivry France Phone : +33 (0)1 49 60 25 06 Fax : +33 (0)1 49 60 25 07 Mail : contact@credac.fr Internet Site : www.credac.fr Keywords : Hugues Reip, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-07 17:00:00]

 
 
Vernissage de Jean Duquoc "Le sacré dans l'intensité des paysages"

Thu, 07 Sep 2017 15:00:00 Du jeudi 7 septembre au lundi 18 septembre 2017 tous les jours de 11h à 19h30 Vernissage : jeudi 7 septembre 2017 de 17h à 19h Le Sacré dans l'intensité des Paysages. La nature sublimée, Bretagne - Colorado et autre Rives, « Tout endroit est le centre du monde et toute chose est sacrée ». Le grand mystère de la vie est contenu dans la nature. J'aime cette allégorie de la couleur qui enivre l'espace et qui symbolise des moments de sagesse et de contemplation. Le pouvoir mystérieux de la couleur nous entraîne sur des sentiers où chacun de nous comprend que l'art et la nature sont intimement liés. Des enchantements simples qui embellissent nos vies. L'esprit de la terre par magie a enveloppé ce lieu de jaunes et de pourpres de l'infini des cimes aux vallées profondes et de ces couleurs d'océan qui imprègnent la Bretagne. Je remercie ceux qui m'ont amené sur ces routes austères et riches à la fois participant ainsi au grand opéra de la couleur des quatre saisons sur la terre des indiens et en pays celte. Bien plus encore je vois devant ce chef d'?uvre l'ombre d'une main divine qui cristallise mon imaginaire. Tout être peut ainsi comprendre que s'intéresser à la beauté de la nature élargit nos connaissances et notre sens des responsabilités. « Séduit et porté par différents courants comme le symbolisme, le fauvisme, l'expressionnisme, on retrouvera dans son ?uvre l'influence qu'il a su maîtriser pour forger sa propre signature sans jamais succomber à la facilité du plagiat. Ses toiles sont riches d'une sensualité forte et évocatrice de ces paysages bucoliques aux crépuscules et couchants brumeux aux lumières étranges laissant à chacun la liberté de rêver et d'y voir quelques métaphores spirituelles. Lorsque de sa Bretagne profonde il lance un cri « Sauvons la Terre » il peint des rouges qui expriment la fin d'un jour mais aussi la vie. Ses chemins de prière, ses villages qui se cachent pour mourir, ses soleils rouges évoquent pour lui le malaise qu'il ressent dans notre monde moderne ». Que faisons-nous ? Où allons-nous ? Extrait -Jean Duquoc -Peintre de l'Essentiel - Joëlle Kartel Contact : Jean Duquoc : jeanduquoc@orange.fr - www.jeanduquoc.com - 06 07 29 82 55 Orangerie du Sénat Orangerie du Jardin du Luxembourg 19 bis, rue de Vaugirard Jardin du Luxembourg Accès porte Férou 75006 Paris M° RER B Luxembourg, Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon, Odéon France Phone : +33 (0)1 42 64 33 99 Internet Site : www.senat.fr Keywords : Jean Duquoc, party, private party, open-bar, openbar, cocktail, cityguide, city guide, vernissage, vernissages, Architecture, Art & exhibition opening, Cannes, Charite, Caritatif, Charity, Charitable, Corporate, Deauville, Design, Entertainment & theatre, Environment, Events, Fashion, Film, Food, Literature, Medias, Music, Night Life, Politics, Science, Sport, Technology, Tourism
[2017-09-07 17:00:00]

 
 
Jeudi des Beaux-Arts
 
 
Soirée Stade de France - Elior Services
 
 
Vernissage d'Ulysse Bordarias
 
 
Vernissage de Gilgian Gelzer "vers le rouge"
 
 
Vernissage de Grégory Derenne
 
 
Vernissage de l'exposition "OUTSIDER ART II"
 
 
  lecteur RSS en ligne   » Retour   lecteur de fils RSS en ligne
Lecteur RSS
lecteur rss en ligne Annuaire RSSAu sujet de SYFACiLFAQBarre d'outilsDémoNos partenairesTester Tarifs   © 2017 Com'onSoft